Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Crédits Photo: Janek SKARZYNSKI / AFP

Auschwitz

Angela Merkel déclare que la mémoire des crimes nazis est "inséparable" de l'identité allemande

La chancelière allemande s'est rendue vendredi pour la première fois dans le camp d'extermination d'Auschwitz, situé en Pologne.

Angela Merkel a précisé que la mémoire des crimes nazis était "inséparable" de l'identité allemande.

"Se souvenir des crimes, nommer leurs auteurs et rendre aux victimes un hommage digne, c’est une responsabilité qui ne s’arrête jamais. Ce n’est pas négociable. Et c’est inséparable de notre pays. Être conscient de cette responsabilité est une part de notre identité nationale".

La voix altérée, après avoir écouté le témoignage d’un rescapé arrivé à douze ans à Auschwitz, la chancelière a indiqué qu’il était "tout sauf facile" de se présenter dans un lieu où les crimes des Allemands ont "dépassé tout ce qui est imaginable".

Angela Merkel a expliqué avoir "profondément honte" des crimes nazis, "le silence ne doit pas être la seule réponse. Le lieu lui-même nous oblige à garder en vie la mémoire". 

Situé dans l'actuelle Pologne, le camp était dans une région "annexée en octobre 1939 par le Reich" et il fut "administré par les Allemands" : 

"Il est important de nommer clairement les criminels. Nous, les Allemands, le devons aux victimes et à nous-mêmes".

Angela Merkel a rendu hommage aux 1,1 million de personnes tuées à Auschwitz.

La visite de la chancelière allemande intervient au moment où le parti d'extrême droite AfD, qui siège depuis deux ans au Bundestag, prône la fin de la culture du repentir. 

Dans son discours, Angela Merkel a mis en garde contre "la montée du racisme et la propagation de la haine", ainsi que contre l'antisémitisme qui menace les communautés juives en Allemagne, en Europe et dans le monde entier. 

La chancelière était notamment accompagnée lors de ce déplacement par le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki. 

Angela Merkel vient également d'annoncer le don de 60 millions d'euros pour la fondation qui s'occupe de maintenir le site. 

Franceinfo et Huffington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !