Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Vincent Bolloré implacable... et patient
©

Atlantico Bourse

Vincent Bolloré implacable... et patient

Les résultats du groupe Vivendi ne sont pas au rendez-vous pour le moment sur Canal + surtout. La partie française de la chaîne cryptée affiche toutes les caractéristiques d'une entreprise en difficulté.

Alain Pitous

Alain Pitous

Alain Pitous, Directeur Général Adjoint Associé de Talence Gestion (@alainpitous).

Talence Gestion est une société de gestion de portefeuille indépendante spécialisée dans la gestion sous mandat pour les particuliers et la gestion de fonds commun de placement en actions.

Précédemment, il a été pendant 5 ans (2009-2014) Deputy CIO d’Amundi (850 Milliards d’Euro sous gestion) et gérant du fonds Amundi Patrimoine de 2012 à juillet 2014.

Voir la bio »

L'an passé à peu près à la même époque  nous avions suggéré de suivre Bolloré dans son investissement sur Vivendi pour le moment ce n'est pas pertinent : l'achat de titre Vivendi depuis avril 2015 est encore en recul malgré le rebond de ces derniers jours. Le titre a simplement fait jeu égal avec le CAC40. Nous continuons néanmoins de penser que dans une optique d'investissement patrimonial suivre V. Bolloré devrait s'avérer payant. Comme il l'a souvent démontré par le passé, l'investissement dans des entreprises nécessite patience et détermination. Une prise de contrôle sur un groupe de cette ampleur prend du temps pour être rentable. On est loin de la spéculation et du trading algorithmique...

Les choses ne  se passent pourtant pas simplement pour M. Bolloré. Les résultats du groupe Vivendi ne sont pas au rendez- vous pour le moment sur Canal + surtout. La partie française de la chaîne cryptée affiche toutes les caractéristiques d'une entreprise en difficulté : produit offert moins attractif, perte de clients, gonflement des pertes, management renouvelé fréquemment... Il faut dire que le problème de Canal + a des racines profondes ; le concept a vieilli, l'offre de cinéma ou de séries souffre d'une concurrence effrénée et multi format. L'offre de sport s'appauvrit au fil des mois et coûte plus cher pour ce qu'il en reste. Le match PSG / Chelsea de la semaine passée n'était pas diffusé sur Canal! Tout ceci s'est traduit par des pertes de clients  dont le groupe n'a même plus cherché à diminuer l'ampleur.  En France le groupe a perdu près de 1 million d'abonnements à ses différentes chaînes.

Hors de  France le développement très rentable se poursuit en particulier en Afrique, domaine de prédilection du groupe Bolloré et zone  de croissance à laquelle à laquelle nous croyons beaucoup. Le nombre d'abonnés en Afrique a progressé de plus de 300.000 !

Sur la musique la situation est très correcte, les bons virages ont été pris, la croissance s'accélère même assez nettement en particulier sur le streaming.

Nous maintenons notre confiance dans la capacité de V. Bolloré pour redresser Canal+ France, poursuivre le développement de l'ensemble actuel et prendre les axes stratégiques nécessaires... sans oublier les actionnaires, vaste programme!

Pour Canal+ la réponse est simple : quand un concurrent vous gêne...vous le rachetez ou contractez un accord avec lui ; Canal+ s'oriente vers une réponse de ce type avec Beinsport. Si les autorités de la concurrence acceptent le projet, Canal pourrait proposer les chaînes de Beinsport en  exclusivité. Le problème du contenu de sport serait résolu. V. Bolloré devra encore trouver des réponses pour le cinéma.

Le grand enjeu pour lui reste d'améliorer les passerelles entre télévision, musique et le mobile. C'est probablement le sens de l'achat d'une participation dans Telecom Itatia... En tout cas la montée dans le capital d'Ubisoft et Gameloft se comprend parfaitement, ce  sont des entreprises de jeux videos. Or Vivendi doit se diversifier en terme de contenu et de clients...les jeunes passent plus de temps sur les jeux que devant la télé...voir Vivendi lancer une OPA sur Gameloft situe la priorité : Gameloft est en effet un spécialiste du jeu sur mobile qui connaît un fort développement à l'international. Le mobile est un axe clé pour se développer dans ce type d'activité. Le bémol pour Vivendi est que les actionnaires actuels de Gameloft et d'Ubisoft (les mêmes d'ailleurs) ne  l'entendent pas de cette oreille, cela nous promet une belle bataille dans les semaines à venir. Vu les forces en présence, l'avantage semble plutôt en faveur de Vivendi...

Enfin entre les rachats d'actions et les distributions généreuses de dividendes V. Bolloré a su choyer ses actionnaires ce qui pourrait aussi être utile dans le cas des batailles qui s'annoncent.

Le cas Vivendi illustre s'il en était besoin qu'un investissement boursier sur une valeur donnée nécessite une stratégie globale (cf les articles précédents où nous décrivons notre stratégie) une grande confiance dans le management et...de la patience. Nous sommes déjà en position sur Vivendi et n’hésiterons pas à compléter en cas de recul.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !