Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media

Revue des hebdos

Le Point annonce Macron 2 (mais on ne sait pas trop lequel), l'Express dévoile ses diners secrets très masculins ; L'Obs cherche des poux dans les comptes de Mélenchon ; Immobilier qui peut encore vivre à Paris ? ; La croisade de Buzin face au vin

Et aussi : Européennes, Hamon tête de liste ; Mai 68, l'héritage maudit.

Gilles Klein

Gilles Klein

Gilles Klein, amateur de phares et d'opéras, journaliste sur papier depuis 1977 et en ligne depuis 1995.

Débuts à Libération une demi-douzaine d’années, puis balade sur le globe, photojournaliste pour l’agence Sipa Press. Ensuite, responsable de la rubrique Multimedia de ELLE, avant d’écrire sur les médias à Arrêt sur Images et de collaborer avec Atlantico. Par ailleurs fut blogueur, avec Le Phare à partir de 2005 sur le site du Monde qui a fermé sa plateforme de blogs. Revue de presse quotidienne sur Twitter depuis 2007.

Voir la bio »

Les dîners secrets de Macron 

"Deux à trois fois par mois, le lundi soir, se déroule le repas le plus secret de la République. Il ne figure sur aucun agenda officiel, n'obéit à aucun protocole. Autour du président, une quinzaine de convives, des ministres, des élus, des responsables de parti. Triés sur le volet par le maître des lieux." explique en détail l'Express.

Il y aurait peu de femmes :"Après l'été, les inséparables Dupond et Dupont du centrisme, François Bayrou et Marielle de Sarnez, rejoignent le cénacle. La numéro deux du Modem est d'ailleurs l'unique femme. La Macronie est décidément une histoire de mecs. La table se met ensuite à ressembler à la politique: recomposée. Le chef du gouvernement, Edouard Philippe, est le premier à décrocher son rond de serviette, puis c'est le tour de Gérald Darmanin, en décembre, et du secrétaire d'Etat, Sébastien Lecornu, le 29 janvier. Le dernier à être entré dans le saint des saints, le 12 février, après avoir patienté plus que tous les autres, s'appelle Bruno Le Maire."  

Macron parlerait aussi aux conservateurs

Emmanuel Macron multiplie les signaux en direction des conservateurs depuis son élection selon l'Obs : " A priori, le jeune banquier libéral semble incarner l'inverse de leurs valeurs. Et pourtant, le président de la République s'adresse à eux, comme le souligne Pascale Tournier, rédactrice en chef adjointe à « la Vie », dans un livre très informé, consacré aux « nouveaux conservateurs » et intitulé « Le vieux monde est de retour » (éditions Stock)."

Macron trop puissant ?

L'ancien Premier ministre, Dominique de Villepin met en garde Emmanuel Macron contre la tentation « bonapartiste » selon l'Obs : « Faire des réformes, dormir quatre heures par nuit, travailler avec une toute petite équipe, c'est possible pendant quelques mois. Mais le risque est de devenir solitaire, arrogant et coupé d'un certain nombre de réalités. » 

De Villepin rejoint ainsi l'inquiétude exprimée à la Une de Marianne "La tentation de la toute-puissance" mais que l'on se rassure le mouvement de grèves diverses qui commence aujourd'hui montre que Macron doit compter avec certains syndicats bien décidés à le faire plier...

Européennes : Hamon tête de liste ?

Benoît Hamon, le candidat aux 6,36% des voix à la présidentielle, serait tenté d'être "la tête de liste de son mouvement Génération-s aux élections européennes de mai 2019", d'autant plus que "Mélenchon a d'ores et déjà dit qu'il ne serait ni candidat ni tête de liste" selon l'Obs.

La PME Mélenchon

Un titre dans le bandeau en haut de la Une, trois pages à l'intérieur sur Mélenchon (titrées "Les secrets de la PME Mélenchon") rédigées par quatre journalistes de l'Obs : Facturation douteuse, association opaque et auto-entrepreneuriat... "L'Obs" a pu consulter les comptes de la campagne présidentielle du candidat insoumis." Ils ont "été validés par la Commission : après le rejet de 430000 euros de factures, 6 millions vont être remboursés, pour une dépense totale de 10,6 millions d'euros".

« En octobre 2016, l'association L'Ere du Peuple entre en scène. (...)  Bastien Lachaud et Mathilde Panot, aujourd'hui députés, ont été rémunérées par l'association (...) C'est donc Lachaud et Panot, qui figurent dans l'organigramme de la campagne comme coordonnateurs, qui ont commandé à Lachaud et Panot, salariés de L'Ere du Peuple, la conception des meetings, a fait remarquer un spécialiste des campagnes à qui nous avons soumis ces pièces. Admettez que le système est particulier. » Et fait naître des soupçons de surfacturation... Les commanditaires et les exécutants étant deux seules et mêmes personnes, difficile de juger de la réalité du travail accompli. La Commission a d'ailleurs écarté 152688 euros de remboursement pour des « majorations » qu'elle jugeait injustifiées."

Buzyn esseulée face au lobby du vin ?

"Le 7 février, sur France 2, Agnès Buzyn est l’invitée d’un débat sur l’alcool" la ministre de la Santé est en forme remarque l'Express : elle "fait un sort au mythe qui voudrait que la consommation de deux verres d’alcool par jour pour les femmes, et de trois pour les hommes, serait anodine : « La réalité, c’est que l’alcool n’est pas bon pour la santé dès le premier verre, et que c’est proportionnel. » Comme si cela ne suffisait pas, la ministre, l’air de rien, lâche une bombinette : elle envisage de durcir le bon vieux slogan « L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération ». « Le vrai message de santé publique serait : “L’alcool est mauvais pour la santé” ».

Mais l'Elysée est prudent et "ménage l'industrie vinicole". En effet écrit l'Express : "Emmanuel Macron se charge le même jour d’éteindre l’incendie. C’est du brutal : «Moi, je bois du vin le midi et le soir. Je crois beaucoup à la formule de Pompidou : “N’emmerdez pas les Français !” » Et qu’importe si plusieurs parlementaires ayant partagé sa table depuis son entrée au gouvernement en 2014 l’ont souvent vu rester à l’eau claire."

Une prudence qui s'expliquerait : "A l’Assemblée, le groupe d’études Vigne, vin et oenologie regroupe la bagatelle de 105 députés".

Macron 2 ?

"Macron 2" annonce le titre du point sans vraiment montrer ce nouveau Macron. En tout cas, légère accalmie dans le ciel pluvieux d'Emmanuel Macron" constate Le Point dans un dossier d'une quinzaine de pages. "Le président de la République gagne deux points dans notre baromètre Ipsos-Le Point de mars, avec 37 % d'opinions favorables. Une respiration bienvenue, après avoir perdu 5 points lors de la précédente enquête."

Mais "le chef de l'État ne parvient toujours pas à regagner la confiance des citoyens de droite et de gauche. Il ne gagne qu'un petit point chez les sympathisants LR, plutôt sensibles aux politiques menées actuellement. De l'autre côté de l'échiquier, il s'enfonce chez les sondés proches des idées du PS, avec quatre points de perdus ce mois-ci, qui s'ajoutent aux neuf de février. Une chute sans doute liée à la présentation de la loi immigration fin février et, plus récemment, à la remise en cause du statut des cheminots dans la grande réforme de la SNCF."

La crise de la SNCF

Le public n'est pas disposé à soutenir, ni même comprendre les grévistes de la SNCF souligne l'Express qui s'intéresse à la crise de l'entreprise nationale dans un dossier de 14 pages : "Selon un récent sondage Odoxa pour Aviva, Challenges et BFM Business, 63% des Français jugent cette grève reconductible injustifiée. 72% d'entre eux se disent favorables à la suppression du statut de cheminot, héritage historique de la fin du XIXe siècle. Et 53% approuvent le recours aux ordonnances. Tout indique que l'opinion publique est désormais demandeuse de réformes de grande ampleur. Pas étonnant." 

Pour l'Express : " La fracture ferroviaire révèle une France à deux vitesses. Et conduit à s'interroger sur la pertinence de la priorité accordée au TGV, qui représente 38% des investissements, mais seulement 9,5% des passagers. Tandis que tout le monde a les yeux braqués sur le statut des cheminots, c'est la vraie question qui doit être posée."

L'Express s'intéresse à une ligne moins connue que les autres : "Matériels hors d'âge, retards incessants: à l'Est de Paris, la ligne P cumule les handicaps Avec seulement 114 600 voyageurs quotidiens en 2016, cette ligne reste la plus petite du Transilien. Mais elle est aussi celle qui connaît la plus forte hausse de fréquentation: +9% l'an dernier".

Ce qu'on ne dit pas sur Mayotte

"Ici, c'est Lampedusa avec les prix de Monaco : 84% de la population vit au-dessous du seuil de pauvreté, mais un ménage "qui consomme un panier métropolitain à Mayotte débourse 16,7 % de plus que s'il avait acheté en métropole" précise l'Insee cité par le Point (4 pages).

Mai 68 "héritage maudit" ?

"Sarkozy avait promis de « liquider l’héritage », Hollande l’a assumé. Macron se pose désormais en héritier rebelle d’une déconstruction dont les limites sont sans cesse repoussées" estime Valeurs Actuelles qui revient sur Mai 68 dans un dossier de 12 pages.
 
Parmi les intervenants, Patrick Buisson qui écrit : "« Les hommes font l’histoire mais ils ne savent pas l’histoire qu’ils font. » Jamais la maxime de Raymond Aron ne se sera mieux appliquée qu’aux enragés de Mai 68. Croyant combattre l’ordre bourgeois, ils lui ont offert une seconde jeunesse en opérant la convergence entre une révolte individualiste et les besoins économiques et sociaux du néocapitalisme dont la stratégie de développement postulait une révolution culturelle, la liquidation du vieux monde et de cette France antiéconomique, dont le fond anthropologique fait d’entraide et de gratuité restait réfractaire à la modernité."
 
Denis Tillinac, alors étudiant à Bordeaux est sévère : "(Foucault, Derrida, Althusser et Marcuse) des années soixante, qui se sont employés à mettre du Freud dans Marx pour une révolution qui n’existe pas. J’avais lu Baudrillard et Debord. Une révolution ludique contre le consumérisme et le matérialisme m’aurait séduit. Mais ce n’était pas du tout ça. Ils étaient d’un matérialisme strict. Il n’y avait pas une goutte d’idéal."
 
Le streaming sauve la musique
 
Le streaming a le vent en poupe, l'écoute en ligne se porte bien note l'Express : "Rien qu’en France, 42,5 milliards de titres ont été écoutés l’an dernier sur l’ensemble des services de streaming audio, soit cinq fois plus qu’en 2013. Et alors que tous les modes de consommation enregistrent un nouveau recul (CD, téléchargement, clips vidéo), cette tendance est la seule à progresser et à porter l’ensemble du marché, selon le Syndicat national de l’édition phono - graphique (Snep). Grâce au streaming et aux 4,4 millions d’abonnés à cette technologie dans l’Hexagone, la croissance repart depuis ces deux dernières années."
 
Les procureurs et les médias
 
"Longtemps retranchés derrière leur devoir de réserve, les magistrats occupent aujourd'hui le devant la scène" note l'Obs avec justesse, dans un article de 4 pages. Chacun de nous est désormais habitué à la voix et au visage du procureur François Moulins qui prend la parole lors des attentats du Thalys, au drame de Nice. Il estime "Communiquer fait partie de notre devoir". De même  "« La politique de la chaise vide n'est plus tenable » déclare Nicolas Bessone, procureur de la République à Orléans. 
 
Mais Jean-Philippe Deniau, chef du service enquêtes-justice de France-Inter et président de l'Association de la Presse judiciaire ajoute "Nous sommes néanmoins quotidiennement confrontés à des magistrats toujours très frileux à l'idée de nous parler". Une journaliste confirme : "« Il ne faut pas s'imaginer que tous les procs sont devenus soudainement bienveillants. On se fait encore régulièrement raccrocher au nez. » "
 
Immobilier à Paris
 
L'Obs de cette semaine est un spécial immobilier (assez fourni : 64 pages). A Paris, logiquement, les prix continuent de monter. Résultat : "Des acquéreurs encouragés par les taux mais effrayés par les prix commencent à se désister devant les montants exorbitants exigés par les vendeurs - souvent au-delà de 10 000 ou 12 000 euros/m2 à la Goutte-d'Or". Ceci d'autant plus que les prix sont bas à Paris par rapport à d'autres capitales...
 
Le Point est aussi "Spécial Immobilier" (20 pages) mais c'est Macron qui est en Une, juste une mention pour l'immobilier dans un petit coin en haut.  Même constat que l'Obs : "Le marché atteint des sommets" particulièrement à Paris.
 
Un coin d'Argentine
 
Pour sortir des frontières de l'hexagone, il faut feuilleter les 6 pages que l'Obs consacre aux photos prises par Carlos Bafile dans le Rio Negro.
 
L'insoumise de la Silicon valley
 
"A la tête de la fondation Mozilla, Mitchell Baker bataille pour la préservation d'internet, menacé par la domination des Gafa et des fournisseurs d'accès" raconte l'Obs qui l'a rencontrée. Rappel : "Mozilla Foundation est un organisme à but non lucratif né en 2003" et "anime une communauté de dizaines de milliers de développeurs bénévoles qui participent à la création de produits libres d'accès (« open source »). Ses produits phares : le navigateur web Firefox et le logiciel de courrier électronique Thunderbird".

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !