Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
L'hypothèse selon laquelle le FN puisse se qualifier pour le deuxième tour de la présidentielle est la plus envisageable.

Politico Scanner

L’hypothèse (médiatique) d’une disqualification du FN au second tour de la présidentielle 2017 est-elle crédible ?

Compte tenu de l'évolution du vote FN depuis la présidentielle de 2012, mais également du retour dans le débat public des thématiques immigration et sécurité, notamment depuis l'attentat de Berlin, il est assez peu probable de voir le parti frontiste absent du second tour de la présidentielle 2017.

Jean-Daniel Lévy

Jean-Daniel Lévy

Jean-Daniel Lévy est directeur du département politique & opinion d'Harris Interactive.

Voir la bio »

Atlantico : Depuis l'élection présidentielle de 2007, le FN a connu une percée électorale significative tant sur le nombre de voix en valeur absolue (3 834 530  lors de la présidentielle 2007 contre 6 820 147 lors du deuxième tour des régionales de 2015, sans oublier les 6 421 426 du 1er tour de la présidentielle de 2012), mais également en termes de pourcentage d'inscrits (8,62% pour la présidentielle de 2007 contre 15,25% lors du second tour des régionales 2015) et de pourcentage de suffrages exprimés (10,44% pour la présidentielle de 2007 contre 27,30% pour le second tour des régionales 2015). Cette percée pourrait-elle se poursuivre en vue de la prochaine présidentielle de 2017 ?

Jean-Daniel LévyAujourd'hui, tous les éléments que nous avons vont dans le sens d'une telle évolution. En l'espace de quelques années, le FN est passé de 18% des électeurs qui se sont déplacés pour aller voter en 2012 à 27% lors du premier tour des élections régionales de 2015. On constate d'ailleurs que cette évolution a eu lieu dans le cadre d'élections où la participation est moindre que celle de la présidentielle. Or aujourd'hui, plusieurs sondages sont favorables au FN, donnée à laquelle il faut ajouter le fait que la présidentielle est un scrutin où le taux de participation est généralement important. On prend donc potentiellement la direction d'une nouvelle percée électorale du FN en vue la présidentielle de 2017. Plusieurs facteurs peuvent conforter cette direction : le fait que la personnalité de Marine Le Pen n'est pas écornée aujourd'hui ; et le fait également que les motivations du vote FN chez les électeurs se portent toujours sur des thématiques développées par le parti de Marine Le Pen. Ainsi, remettre, par exemple, la double thématique immigration/sécurité au cœur du débat public, comme cela a été le cas après l'attentat de Berlin, leur est, a priori , favorable. 

Au regard de cette évolution, est-il possible d'envisager, comme le font certains commentateurs et médias, que le FN puisse ne pas être présent au deuxième tour de la présidentielle de 2017, en raison notamment de candidatures comme celles de Macron ou Fillon ? 

L'élection présidentielle se fait autour de plusieurs dimensions et de plusieurs personnalités. Ainsi, celle de 2017 ne repose pas uniquement sur les épaules de Marine Le Pen et de François Fillon, mais sur l'ensemble des acteurs pouvant être présents dans le contexte. Ce qui est certain, c'est que l'on ne connaît pas encore aujourd'hui, de manière forte, les différentes thématiques et les enjeux de campagne de la prochaine présidentielle, ni l'offre électorale réelle. Toutefois, on peut rappeler que par le passé, le vote FN était un vote qui se dégelait un peu à la dernière période, comme cela a pu être le cas en 2002, comportement caractéristique d'une partie de la population parmi la moins intéressée par la politique. Or ceci n'est plus tout à fait le cas : lors de l'élection de 2012, on a pu observer qu'un an avant la présidentielle, les intentions de vote en faveur du FN étaient bien plus élevées qu'auparavant. Encore une fois, je rappelle que les enjeux de l'élection de 2017 n'ont pas encore été clairement fixés. Sécurité, immigration, etc. sont des thématiques qui jouent en faveur du FN. Le fait que le FN fasse moins peur depuis plusieurs années maintenant contribue à désinhiber le vote en faveur de ce parti chez son électorat potentiel. Ainsi, l'hypothèse selon laquelle le FN puisse se qualifier pour le deuxième tour de la présidentielle est la plus envisageable. 

Sur le plan électoral, quels facteurs pourraient menacer la qualification du FN au deuxième tour de la présidentielle de 2017 ? 

Ce qui pourrait menacer la qualification du FN au second tour de la présidentielle de 2017, c'est qu'une partie de l'électorat ayant voté pour Nicolas Sarkozy en 2012, envisageant pour le moment de voter Marine Le Pen, finisse par voter pour François Fillon. L'autre hypothèse pouvant constituer une menace pour le FN, c'est la possibilité de voir émerger un candidat capable de rassembler davantage qu'aujourd'hui l'électorat de gauche. Ce dernier est divisé, en l'état, entre le candidat qui sortira vainqueur de la primaire citoyenne, Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron. Encore une fois, rien n'est joué, d'autant plus qu'il reste un électorat potentiellement attractif pour le FN : l'électorat jeune et populaire, qui n'a pas été voté lors des derniers scrutins. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !