Fonctionnaires, outre-mer, musulmans : le clientélisme gouvernemental en folie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
François Hollande s'est récemment rendu dans les territoires d'outre-mer.
François Hollande s'est récemment rendu dans les territoires d'outre-mer.
©Reuters

Chronique du pot aux roses

Fonctionnaires, outre-mer, musulmans : le clientélisme gouvernemental en folie

François Hollande en rêve : ces trois clientèles électorales, si elles revenaient un tant soit peu au bercail socialiste, lui permettraient d’atteindre aux alentours de 15% au premier tour de l'élection présidentielle de 2017 et de ne pas être éliminé sèchement. Cela vaut bien deux années de gesticulation et de démagogie anticipées.

Google et Yahoo, internet

Serge Federbusch

Serge Federbusch est président d'Aimer Paris et candidat à l'élection municipale de 2020. Il est l'auteur de La marche des lemmings ou la 2e mort de Charlie, et de Nous-Fossoyeurs : le vrai bilan d'un fatal quinquennat, chez Plon.

Voir la bio »

1 - La citation de Valls à laquelle vous avez échappé cette semaine :

"L’islam est en France pour y rester comme la Réunion restera dans l'océan pacifique, la Fédération française de tennis aux serres d'Auteuil et mon Falcon au Bourget."

2 - L'affaire est close(r)

Mou-Président l'a dit, l’affaire est close, il faut circuler, il n'y a plus rien à voir, plus de Premier ministre en escampette, de foot, de Barça, de tennis, de progéniture transportée, de crédits dilapidés, ça suffit quoi toutes ces méchantes critiques ! Notre garant élyséen de l'indépendance de la justice est coutumier des interventions massives dans ce qui pourrait donner lieu à de désagréables investigations et questionnements. Il avait déjà pris les magistrats de vitesse sur l'affaire des viols présumés commis par les troupes françaises en Centrafrique, déclarant qu’il serait implacable pour appliquer des sanctions au cas où il y aurait eu crime. Il avait laissé également parler son inconscient en déclarant Sarkozy "prisonnier innocent" lors d’une interview. Désormais, il absout Valls de ses errements aériens. Mais il se débrouille quand même pour faire savoir qu’il est irrité. C’est à se demander s’il n’est pas lui-même à l’origine des fuites, afin d’écarter un rival potentiel pour 2017.

3 - Clientélisme en folie

Il y a le feu au lac socialiste, la mairie de Clichy-la-Garenne a même failli passer à droite au premier tour d’une municipale partielle ! Les bons vieux réflexes ressurgissent donc illico.

D’abord, c’est dit, le gouvernement ne dégèlera pas le fameux point d'indice. Mais il va multiplier les gâteries enrobées de jargon technique à destination des fonctionnaires. Les effets de ces distributions commenceront à se faire sentir début 2017, incroyable coïncidence non ?

La satisfaction que cette annonce va procurer à la clientèle chérie des socialistes est censée être immédiate. La facture, quant à elle, sera établie en 2018... La méthode est particulièrement roublarde : pour éviter les fronts et revendications interprofessionnels, les hausses seront saupoudrées selon les filières d’emplois, les catégories, les grades. Le grand marchandage occulte pourra commencer à l’ombre des syndicats en fleur. On intègrera une partie des primes dans le traitement de base, histoire d’augmenter des retraites qui ne sont pourtant plus financées à horizon de moins de dix ans. Mais ce n’est pas grave, c’est l’Etat qui paiera, enfin... peut-être.

Les "petits" retraités du privé, dont les pensions sont totalement gelées depuis 2013, vont apprécier la nouvelle à sa juste valeur, c’est sûr.

Autre catégorie déterminante dans l’élection de François Hollande en 2012, les Domiens. Le pouvoir ne les oublie pas. A la Réunion, Valls a annoncé que l’Etat allait financer 4 400 emplois aidés supplémentaires alors que l’île en compte déjà près de 40 000 sur 843 000 habitants ! Il a également dit que le gouvernement prendrait une ordonnance, avant la fin de l'année, pour inscrire dans les appels d'offres des marchés publics une clause favorisant les entreprises employant des Réunionnais. Tout cela est inconstitutionnel, discriminatoire, mais positif, nous sommes rassurés. Cette valse tropicale aura coûté des dizaines de millions d’euros en promesses en tout genre. Elles seront mises en oeuvre peu avant 2017, naturellement.

Troisième groupe ayant massivement voté Hollande en 2012 : les musulmans, à hauteur de 93 pour cent d’entre eux selon un sondage paru immédiatement après la présidentielle. Alors que Le Foll s’était ému, la voix quasiment chevrotante, d’une réunion de travail sur le sujet organisée par Sarkozy, on a vu le même jour Hollande dépoussiérer Bouteflika à Alger et Valls mettre en place une énigmatique et redondante "instance de dialogue avec le culte musulman", différente du Conseil français du culte musulman (CFCM). Reprenant l’antienne selon laquelle le jihad et l’extrémisme n’ont rien à voir avec l’islam en général, nous avons eu droit pour l’occasion à une redite des prêches padamalgamistes du 11 janvier dernier, toujours aussi ignorants, par exemple, du mouvement de sympathie qu’avait déclenché les crimes parmi les élèves des collèges et lycées de banlieue.

Hollande en rêve : ces trois clientèles électorales, si elles revenaient un tant soit peu au bercail, lui permettraient d’atteindre aux alentours de 15 % au premier tour et de ne pas être éliminé sèchement. Cela vaut bien deux années de gesticulation et de démagogie anticipées.

4 - L’eurocratie nerveuse

Ils sont là, le stylo sur le chèque, prêts à payer discrètement tout ce que Tsipras demandera pour éviter qu’explose la belle et lucrative construction qui leur permet de bien vivre dans les banlieues chics de Bruxelles et Francfort. Une solennelle juridiction, pompeusement nommée Cour de Justice européenne, vient de donner un blanc seing à Draghi pour qu’il finance en monnaie de singe tout ce qui permettra à la comédie de continuer quelques années encore. Las ! Il y a aussi le FMI et ses employés, moins directement intéressés à la poursuite du mensonge, au refinancement éternel de dettes jamais remboursées. Lagarde, pour le moment, ni ne meurt, ni ne se rend. Mais l’oligarchie internationale conserve un instinct de survie qui fera probablement, qu’au dernier moment, l’imposture se poursuivra. Jusqu’à ce que les marchés ne finissent par trouver, quelque part, placements moins périlleux.

A lire, du même auteur : "La marche des lemmings… ou la 2e mort de Charlie - Le pouvoir de la manipulation et la manipulation au pouvoir", publié chez Ixelles Editions, 2015. Pour acheter ce livre,cliquez ici.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !