Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Crédits Photo: Reuters
L’UMP ne sait pas en réalité par quel bout prendre le problème FN.

Chronique du pot aux roses

Face au FN, l’UMP encore à côté de la plaque

L’ostracisme de l'UMP vis-à-vis du FN est une forme de crainte, une politique de l’autruche qui n'a eu comme résultat que de le faire passer de 3 à 30 % des intentions de vote en trente ans. Car ce n’est pas en refusant sans arrêt le contact qu’on peut vaincre un adversaire.

Google et Yahoo, internet

Serge Federbusch

Serge Federbusch est président d'Aimer Paris et candidat à l'élection municipale de 2020. Il est l'auteur de La marche des lemmings ou la 2e mort de Charlie, et de Nous-Fossoyeurs : le vrai bilan d'un fatal quinquennat, chez Plon.

Voir la bio »

1 - Les FNatiques

Fidèle aux brillantes qualités dont elle a fait preuve à Paris lors des dernières élections municipales, Nathalie Kosziusko-Morizet a immédiatement montré sa capacité de nuisance en tant que nouvelle vice-présidente de l’UMP déléguée à tout et à rien.

Une jeune ambitieuse désireuse de faire carrière politique en Languedoc, du nom de Fatima Allaoui, a un temps hésité entre Robert Ménard, le Siel (micro-parti satellisé récemment par le FN bien qu’il fut davantage indépendant du temps de son ancien président Paul-Marie Coûteaux) et l'UMP. Ne s'attachant qu'au profil sociologique et photographique des candidats et élus qu'elle soutient, NKM a cru trouver l'oiselle rare en terre frontiste. Beurette, agréable à regarder et travaillant dans le secteur social : le rêve pour la politique sur catalogue qui constitue l'alpha et l'oméga de la députée de l’Essonne et numéro deux bis/ter de l’UMP. Voilà donc Fatima Allaoui soudainement nommée secrétaire nationale en charge de la formation professionnelle.

Patatras ! NKM avait oublié de taper le nom de sa nouvelle protégée sur Google et de découvrir ainsi la sinuosité de son parcours politique. Repatatras ! NKM émet aussitôt une fatwa pour démettre la pauvresse de fonctions qu'elle n'aura pu exercer une seule minute.

Le désordre du procédé est amusant mais il n'étonnera personne à Paris où la droite est habituée aux actes et propos déconstruits de son ex candidate à la mairie. En revanche, les proclamations érigées pour l’occasion en principes sont plus inquiétantes.

Tout d'abord, comment dénoncer l'intolérance d'un mouvement adverse en lançant sans arrêt des anathèmes ? Ensuite, la diabolisation du FN, depuis trente ans, n'a eu comme résultat que de le faire passer de 3 à 30 % des intentions de vote. Il serait peut-être temps de se poser des questions, non ? Enfin, il faut avoir une paradoxale et singulière conception de la politique pour estimer qu'en refusant les transfuges et l'accueil des déçus de l'adversaire, on se renforce. C'est exactement le contraire de ce qu'a fait la même semaine le FN avec l'arrivée de Sébastien Chenu, ex secrétaire national de l'UMP et fondateur de Gaylib (sans ', ce n'est pas un service de la ville de Paris ...).

Cette attitude chaotique vis-à-vis du FN se double d'errements doctrinaux. D'un côté, Sarkozy reprend sa vielle habitude de braconnage sur les terres de l'immigrophobie sans toutefois s'appesantir sur la manière dont il s'y prendrait si l'Europe - à laquelle il reste fidèle -l'empêche de durcir notre arsenal répressif sur le sujet. D'un autre côté, NKM, dont l'unique obsession est d'exister médiatiquement, passe son temps à proclamer que jamais il n'y aura de compromis avec la bête immonde. Elle a décidé d'occuper coûte que coûte le segment étroit de l'opinion umpiste hostile au FN et multiplie des déclarations vengeresses.

Le grand écart que Sarkozy va devoir effectuer risque de lui valoir des déchirures musculo-politiques douloureuses. Il n’est pas dit que le seul discrédit des socialistes suffise à faire accepter à l’opinion n’importe quel type de double langage.

L’ostracisme vis-à-vis du FN est une forme de crainte, une politique de l’autruche. Ce n’est pas en refusant sans arrêt le contact qu’on peut vaincre un adversaire. On apprend cela sur le premier ring ou tatami venu. L’UMP ne sait pas en réalité par quel bout prendre le problème.

Elle ferait mieux de clarifier sa doctrine sur la politique d’intégration européenne pour retrouver un peu de cohérence sur tous les sujets qui en dépendent. Tout en accueillant plus généreusement et tactiquement celles et ceux qui veulent revenir au bercail de la droite propre sur elle et qui seront d’autant plus nombreux que le mouvement frontiste accentuera sa dérive étatiste et boboiste.

2 - Il faut interdire à Mou-Président d’accueillir les otages libérés et de parler d’immigration !

Si l’obscénité a une forme en politique, c’est bien la manière dont la gauche de gouvernement, depuis Mitterrand, instrumentalise elle aussi la question de l’immigration pour électriser la droite et faire monter le FN.

C’est sans aucune retenue ni pudeur que Mou-président a fait des moulinets à la tribune de la Cité de l’immigration pour dénoncer le péril xénophobe. Juste de quoi resserrer les rangs clairsemés des derniers lecteurs de Libé et du Monde, qui ont largement relayé la vieille ruse.

Autre diversion : la mise en scène éhontée de la récupération d’un otage pour lequel, c’est évident, aucune rançon n’a été versée. C’est donc de la pure générosité et de l’humanisme, une sorte de cadeau de Noël, qui ont conduit les geôliers de Serge Lazarevic à l’élargir opportunément. Seuls les mauvais esprits imaginent des compensations. Le spectacle de François Hollande se gobergeant aux côtés du libéré et tentant de capitaliser politiquement sur l’événement est à lui seul une puissante incitation à prendre de nouveaux otages.

3 - Krankreich uber Uber

C’est l’union sacrée pour défendre les taxis, presque comme aux temps de la bataille de la Marne et de Gallieni. Tout est fait pour empêcher la concurrence de réaliser ce que la lâcheté du pouvoir politique interdit depuis quarante ans : la mise à bas d’un régime corporatiste imbécile qui fait que les Français et notamment les Parisiens paient trop cher des taxis trop rares et peu aimables. Depuis le temps que cette association de malfaisants qui mériterait d’être dissoute fait peur à des élus dégonflés et suce sa rente, l’idée de la dédommager pour le rachat des cartes professionnelles, contenue dans le rapport Attali paraît désormais trop généreuse.

A propos, avez-vous remarqué que la protection de cette corporation, bien plus nocive que celle des notaires ou des avocats postulants, n’est pas menacée par la loi Micron euh pardon Macron ?

4 - La fin du début c’est le début de la fin

Hollande l’a décidé : il est fini le temps des réformes, il faut apaiser la gauche parlementaire et syndicale rebelle qui risque de voter une censure un peu trop tôt ou d’envoyer pour de bon ses troupes défiler dans la rue. On observera qu’il est d’autant plus facile de mettre un terme à une politique que cette dernière n’a pas réellement commencé. Bref, sur ce sujet, le scootiste de l’Elysée a une forme indéniable de cohérence.

A lire de l'auteur de cet article : "Français, prêts pour votre prochaine révolution ?", de Serge Federbusch, publié chez Ixelles, 2014. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !