Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Histoire

Atlantico radio

Une passion française : petite histoire des révolutions d’Etienne Marcel à mai 68

Storiavoce, en partenariat avec Atlantico, vous propose de vous plonger dans l'histoire de la Révolution. Historien, Gaël Nofri est interrogé par Christophe Dickès. Dans ce premier volet, il répond à la question : “Peut-on faire une théorie des révolutions françaises”.

Historien, Gaël Nofri entame une nouvelle série de nos [Cours d’Histoire] consacrée aux “révolutions françaises” d’Etienne Marcel à Mai 68. Dans ce premier volet, il répond à la question : “Peut-on faire une théorie des révolutions françaises”. Il est interrogé par Christophe Dickès.

  1. En quoi la révolution fait-elle partie de “notre patrimoine français” ?
  2. La France a-t-elle pour autant le monopole de la Révolution ?
  3. Quelle différence doit-on faire entre révolution et révolte ?
  4. La Révolution défend-elle aussi des intérêts privés ?
  5. Il n’y a pas de révolution sans Etat… Peut on aussi affirmer qu’il n’y a pas de révolutions sans Etat fort ? Ou qu’au contraire, c’est parce que les Etats ont été faibles qu’ils se sont laissés dépasser par une révolution ?
  6. Quand a lieu la première “révolution française” ? Et la dernière ?
  7. La Révolution exige t’elle un transfert de souveraineté, plus qu’un changement politique ?
  8. Le terme de “révolutions” doit-il être mis au pluriel ?
  9. Existe t’il un lien entre réforme et révolution?
  10. Les révolutions se font-elles inévitablement dans la violence ?
  11. Paris joue t’elle un rôle central dans les révolutions ?

L’invité: Gaël Nofri est historien. Auteur d’un Napoléon, visionnaire de l’Europe (Edition François-Xavier de Guibert, 2010), il vient de oublier Une histoire des Révolutions en France aux Editions du Cerf, (465 pages, 29€). Elu de la ville de Nice, il mène par ailleurs une action politique.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !