Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Ziad Takieddine arrestation Liban

Rebondissement

Ziad Takieddine a été arrêté au Liban

L'homme d'affaires franco-libanais, Ziad Takieddine, était recherché par les autorités françaises concernant son implication dans une affaire de corruption et de financement de la campagne de Nicolas Sarkozy. Il vient d'être arrêté au Liban.

L'homme d'affaires franco-libanais Ziad Takieddine, ancien témoin à charge contre l'ex-président de la République Nicolas Sarkozy, a été arrêté au Liban à la suite d'une notice émise par Interpol, a indiqué vendredi 4 décembre une source judiciaire, selon des informations de l'AFP et du Figaro.

L’homme d’affaures a été arrêté sur « la base d’un mandat d’arrêt car il est recherché par les autorités françaises ».

Principal accusateur dans le dossier du financement libyen, Ziad Takieddine est récemment revenu sur ses accusations.

« Les forces nationales de sécurité ont placé Takieddine en détention, sur la base d'un mandat d'arrêt d'Interpol adressé au ministère public car il est recherché par les autorités françaises concernant son implication dans une affaire de corruption et de financement de la campagne » selon cette source judiciaire, citée par l'AFP.

Le 11 novembre, dans une spectaculaire volte-face, il avait retiré ses accusations contre Sarkozy dans un entretien à l'hebdomadaire Paris Match et à la chaîne BFMTV.

L'homme d'affaires, âgé de 70 ans, s'est enfui à Beyrouth après avoir été condamné en juin en France dans le cadre de l'affaire Karachi sur des commissions occultes liées à des contrats d'armement avec l'Arabie saoudite et le Pakistan.

Il a passé deux semaines en prison au Liban - du 26 octobre au 10 novembre - dans le cadre d'un litige avec son ancien avocat, Hani Mourad, avant d'être libéré sous contrôle judiciaire.

Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !