Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Yvelines : un homme a été décapité, le parquet antiterroriste a été saisi
©Sameer Al-Doumy / AFP

Enquête en cours

Yvelines : un homme a été décapité, le parquet antiterroriste a été saisi

Un homme a été décapité près de Paris. Les faits se sont déroulés vendredi vers 17h, ce vendredi à Conflans Sainte-Honorine dans les Yvelines.

Le parquet national antiterroriste (Pnat) a été saisi de l'enquête sur la décapitation d'un homme en fin d'après-midi. Les faits se sont déroulés ce vendredi 16 octobre à Conflans Sainte-Honorine dans les Yvelines.

Une enquête a été ouverte pour "assassinat en relation avec une entreprise terroriste" et "association de malfaiteurs terroriste criminelle", selon cette source. 

La Sous-direction anti-terroriste (Sdat) de la police et la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) ont été saisies.

Selon la rédaction du Figaro, les faits se sont déroulés vers 17 heures dans le Val d'Oise. Un équipage de la brigade anticriminalité de Conflans-Sainte-Honorine a repéré un individu portant un couteau. Quand les policiers lui ont demandé de mettre à terre son arme, ce dernier a refusé. L'homme a été neutralisé par la police. A ses côtés, ils ont découvert le corps d'un homme décapité.

Les fonctionnaires n'ont pas pu s'en approcher immédiatement car l'assaillant serait porteur d'un gilet explosif et une opération de déminage était en cours en fin de journée. L'agresseur présumé a succombé à ses blessures en début de soirée.

La victime était un profeseur d'histoire. Il avait fait un cours récemment sur la liberté d'expression et avait évoqué le sujet des caricatures de Charlie Hebdo. Il aurait reçu des menaces, selon des informations de CNews.  

Le ministre de l'Intérieur, en déplacement au Maroc, s'est entretenu d'urgence avec le président de la République.

Plus d'informations à suivre.

Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !