Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
©Reuters

Même pas vrai

Yamina Benguigui accusée de mensonge sur sa déclaration de patrimoine : ouverture d'une enquête préliminaire

L’ex-ministre déléguée à la Francophonie est soupçonnée d’avoir omis de déclarer une partie de son patrimoine, notamment des actions en Belgique, d'une valeur de 430 000 euros.

Après les soupçons, l’enquête. Ce mercredi 2 avril, le parquet de Paris a indiqué avoir ouvert une enquête préliminaire sur la déclaration de patrimoine de Yamina Benguigui, ancienne ministre déléguée chargée de la Francophonie, écrit FranceTVInfo.fr.

En début de semaine, Le Monde rapportait que Yamina Benguigui aurait bien menti sur sa déclaration de patrimoine. Le quotidien du soir rapportait que la Haute autorité pour la transparence avait "un doute sérieux quant à l'exhaustivité, l'exactitude et la sincérité" des déclarations de patrimoine

Yamina Benguigui est suspecté d’avoir dissimulé des actions en Belgique, d’une valeur estimée à 430 000 euros, selon l’'hebdomadaire Marianne, qui a révélé l’'affaire le 19 mars 2014 . Une information que dément la ministre. Lundi 31 mars, dans un communiqué à l’AFP, son avocate Me Martine Malinbaum, assurait qu’il n'y a ni "fraude", ni "enrichissement personnel".

Elue sur les listes d’Anne Hidalgo dans le 10e arrondissement de Paris, Anne Hidalgo, fraîchement élue maire de Paris, lui a demandé de démissionner du conseil de Paris. Ce qu'elle aurait refusé d'après un tweet de France Bleu Île-de-France.

Un membre du gouvernement qui ment dans sa déclaration de patrimoine risque trois ans d'emprisonnement et 45 000 euros d'amende rappelle lemonde.fr.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !