Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Xavier Bertrand sur les migrants et les gens du voyage : "L'état de droit en France n'est plus respecté"
©Reuters

Fermeté

Xavier Bertrand sur les migrants et les gens du voyage : "L'état de droit en France n'est plus respecté"

Le candidat aux régionales a expliqué ce lundi matin sur RTL que les gens "en ont marre" et que "la majorité silencieuse n'en peut plus".

Les migrants

"Les régularisations des migrants ? Ces propos tenus hier par Manuel Valls sont irresponsables. Il a dit cela pour faire plaisir à l'aile gauche de son parti. Il n'est pas possible d'accueillir tout ceux qui en font la demande. Il doit se soucier de l'intérêt général. Evidemment, personne ne peut dire qu'il ne faut pas les accueillir dans des conditions décentes mais on ne peut pas tout".

Dans les responsabilités, il y a des choses qui dépendent uniquement de la France. Lorsque des migrants essaient de passer par le tunnel sous la Manche, il faut les empêcher. Or le gouvernement farançais n'assume pas ses responsabilités. Il faut qu'il donne les moyens aux forces de l'ordre et aux juges de renvoyer du territoire ceux qui commettent des délits. Ils doivent faire l'objet d'une opération pour quitter le territoire. L'état de droit en France n'est plus respecté. La majorité silencieuse n'en peut plus. Il faut entendre ce message". 

Les gens du voyage qui ont bloqué l'A1

"On n'écoute ceux qui font peur. Ils bloquent l'A1. Il faut prendre des sanctions. Il n'y a pas eu d'intervention car certaines personnes de la communauté du voyage font peur. Ils ont des armes de guerre. Il est temps de désarmer ces gens mais aussi des banlieues. Il faut désarmer ceux qui n'ont pas de permis pour posséder des armes sinon ça finira mal".

Les personnes fichées "S"

"Je préfère emprisonner ces gens quand ils vont commettre un acte terroriste plutôt que de les expulser du territoire. Ils doivent aller en prison. On ne sera pas plus avancé s'ils préparent un attentat depuis la Belgique, la Syrie ou autres. Aujourd'hui, ce sera eux ou nous alors il faut agir. Moi le FN, je le combats, je le ferai d'ailleurs contre la fille de Jean-Marie Le Pen en décembre". 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !