Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Une cache d'armes découverte en Seine-Saint-Denis
©REUTERS/Benoit Tessier

Douce France

Une cache d'armes découverte en Seine-Saint-Denis

Un lance-roquettes antichar, des explosifs et de la résine de cannabis ont notamment été saisis.

Deux hommes ont été mis en examen, samedi soir à Paris, après la saisie d’armes, d’argent liquide et de stupéfiants dans un local à vélo d’une cité de Saint-Denis, révèle le Parisien ce dimanche.

Les suspects, âgés de 30 et 40 ans, sont déjà connu pour des faits de recel de vol, de trafic de stupéfiants et de trafic d'armes et sont soupçonnés d'alimenter les "nouveaux braqueurs des quartiers sensibles de la région parienne", précise le journal.

L'enquête a débuté en début de mois, lorsque les enquêteurs de l'Office central de lutte contre le crime organisé (O.C.L.C.O.) ont receuillé un renseignement sur un ou des malfaiteurs susceptibles de vendre des armes dans la cité Jacques-Duclos à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), notoirement connue pour être un haut lieu du trafic de cannabis, du crack et de l’héroïne.

Après plusieurs semaines de surveillance et de filature, les enquêteurs ont interpellé les deux malfaiteurs jeudi matin. C'est lors d'une perquisition dans un local à vélo qu'ils ont découvert "un lance-roquettes antichar de marque américaine, trois pains de tolite, un explosif d’une grande puissance, des munitions de calibre 12 et 9 mm et deux fusils à pompe aux crosses et canons sciés. Ils ont également mis la main sur 40 kg de résine de cannabis, 10.000 €, et du matériel de police : gyrophares, gilets pare-balles etc...", rapporte le journal. 

Le principal suspect a reconnu les faits mais refuse de livrer les noms de ses fournisseurs et clients.

Lu dans Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !