Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
©

Tempête à venir

Un ancien ministre s'inquiète d'une possible scission chez les Républicains

L'ancien ministre des Transports Dominique Bussereau voit d'un mauvais œil l'élection de Laurent Wauquiez à la tête du parti et d'une "dérive à droite".

Une scission de la droite ? Pour Dominique Bussereau, ancien ministre des Transport, le risque est bien réel. Invité de RTL ce mercredi matin, ce proche d'Alain Juppé a mis en garde contre une prise de pouvoir de Laurent Wauquiez, favori pour prendre la direction du parti Les Républicains, mais parfois jugé comme trop "conservateur". "J'apprécie l'homme" a affirmé Dominique Bussereau. "Il est intelligent, bosseurmais ses idées ne sont pas les miennes. Une partie du centre-droit ne se reconnaît pas du tout dans les idées un peu eurosceptiques et conservatrices de Laurent Wauquiez".

Il ajoute : "Il y a un risque au sein des Républicains que Valérie Pécresse a bien compris en instaurant une tendance qui s'appellera Libres! qui pourrait nous regrouper. Si tout cela ne marche pas, si le parti dérivait dangereusement à droite, on se posera la question de savoir si on ne refera pas quelque chose de différent".

Toutefois, l'ancien ministre ne "souhaite pas" en arriver là. "Raffarin, Juppé, moi et bien d'autres, nous avons été les fondateurs de l'UMP, donc du regroupement de la droite et du centre. Casser ce que nous avons fait dans l'intérêt général, après l'élection de Laurent Wauquiez, ce ne serait pas une décision que nous prendrions de gaîté de cœur". SI la scission était acté, il ne voit pas de ralliement à En Marche ! mais à un retour "à la situation qu'a connu la droite et le centre, pendant vingt ou trente ans, avec l'UMP et l'UDF".

Lu sur RTL

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !