Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Crédits Photo: AFP

Anniversaire

Un an après : 52% des Français considèrent que l'élection d'Emmanuel Macron a été une "mauvais chose"

Le 7 mai 2017, les Français élisaient Emmanuel Macron, lui offrant 66% des votes exprimés au second tour. Un après, sa présidence divise.

Une enquête Elabe-Wavestone faite pour "Les Echos" s'est penchée sur la perception qu'ont les Français de la première année passée par Emmanuel Macron à l'Elysée. Si 48% des Français considèrent que l'élection a été "une bonne chose", 52% des Français interrogés pensent que l'élection d'Emmanuel Macron a été une "mauvaise chose", avec 22 points affirmant que cette année a été "une très mauvaise chose". En comparaison, ils ne sont que 13% à considérer que l'élection du président a été une "très bonne chose".

La séparation est assez nette : on a d'un côté les cadres et professions libérales (58%) et ceux qui affirment "boucler facilement leurs fins de mois" (63%) qui trouvent que cela aura été une "bonne chose", contre 33% chez les ouvriers et 29% chez ceux qui "sont obligés de puiser dans leurs réserves ou de se faire prêter de l'argent pour boucler leurs fins de mois". 

69% des Français trouvent qu'il est un "réformateur", mais une personne sur deux qualifie sa politique d'"injuste", avec plus de 6 personnes sur 10 pour considérer que le Président "divise la société".

Au cœur de ces considérations, il y a la peur d'un avenir qui ne s'annoncerait pas meilleur. 81% des Français pensent que le Président n'améliorera pas leur situation personnelle. Un sympathisant LREM sur deux pense d'ailleurs la même chose. De plus, il est jugé "éloigné des gens comme moi" par les Français, qui considère aussi qu'il "décide seul" plus qu'en "concertation".

 

 

Lu sur Les Echos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !