Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Mehdi Nemmouche a été remis à la justice belge
©Capture d'écran

Extradition

Tuerie de Bruxelles : Nemmouche a été remis à la Belgique où il refuse d'avouer

La Cour de cassation en France avait donné son feu vert mercredi dernier à cette extradition.

Ce n'était qu'une question de temps, c'est désormais officiel. Ce mardi après-midi Mehdi Nemmouche a été remis à la justice belge. L'auteur présumé de la tuerie de Bruxelles le 24 mai dernier "est bien arrivé à Bruxelles et il va être interrogé" a affirmé, selon Le Parisien, une porte-parole de la police fédérale Tine Hollevoet. La Cour de cassation en France avait donné son feu vert mercredi dernier à son extradition vers la Belgique, une décision sans surprise car il avait déjà renoncé à son recours. Une fois arrivé sur place, Mehdi Nemmouche  a immédiatement été interrogé pendant près de quatres heures par des enquêteurs mais a refusé de passer aux aveux, selon un de ses avocats.

Medhi Nemmouche, un franco-algérien de 29 ans, est soupçonné d'avoir abattu quatre personnes le 24 mai dans le musée juif de Bruxelles. Arrêté à Marseille à sa descente d'un autocar arrivant de Bruxelles, il avait été trouvé en possession d'un fusil d'assaut kalachnikov et d'un revolver similaires à ceux utilisés dans l'attentat, ainsi que d'une caméra portative GoPro. Selon le procureur fédéral belge Frederic Van Leeuw, une vidéo avait aussi été trouvée dans la mémoire de son appareil photo, dans laquelle une voix semblable à la sienne déclarait avoir commis la tuerie.

Comme le souligne Le Parisien, le 26 juin, la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Versailles avait déjà ordonné sa remise à la Belgique, en exécution d'un mandat d'arrêt européen émis le 31 mai par Bruxelles pour "assassinats dans un contexte terroriste". Après avoir plusieurs fois changé d'avis sur son éventuelle remise à la Belgique, Mehdi Nemmouche avait pour sa part demandé le 12 juin à la justice que les autorités belges lui "certifient" qu'il ne serait pas extradé ensuite de cet Etat vers un pays tiers. Son avocat redoutait que son client soit envoyé en Israël en raison de la nationalité israélienne de deux des victimes de la tuerie.

lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !