Trafic de faux certificats de vaccination : une employée de l'Assurance maladie est condamnée à un an de prison ferme pour avoir généré 200 faux QR codes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Justice
Un employé vérifie le passeport sanitaire d'un visiteur à l'entrée du parc zoologique d'Amnéville, dans l'est de la France, le 22 juillet 2021.
Un employé vérifie le passeport sanitaire d'un visiteur à l'entrée du parc zoologique d'Amnéville, dans l'est de la France, le 22 juillet 2021.
©JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP

Condamnation

Trafic de faux certificats de vaccination : une employée de l'Assurance maladie est condamnée à un an de prison ferme pour avoir généré 200 faux QR codes

Une employée de l'Assurance maladie a été condamnée à un an de prison ferme pour avoir généré 200 faux QR codes. Les enquêteurs ont retrouvé plus de 6.000 euros à son domicile.

Une contractuelle du vaccidrive de Villepinte, en Seine-Saint-Denis, a été condamnée le jeudi 29 juillet à un an de prison ferme par le tribunal de Bobigny pour trafic de faux certificats de vaccination contre la Covid-19. Selon des informations de France Info, elle avait généré 200 faux certificats de vaccination avant de les vendre sur le réseau social Snapchat.

Un signalement de la directrice de la Caisse d’Assurance maladie de Seine-Saint-Denis a permis de mettre au jour ce trafic.

Lors de sa garde à vue, la jeune femme concernée a reconnu avoir généré plus de 200 QR codes de pass sanitaire. Ils étaient vendus 200 euros sur Snapchat. Les enquêteurs ont saisi une vingtaine d’attestations et plus de 6.000 euros à son domicile, et 760 euros dans son véhicule. Les forces de l'ordre ont également interpellé une complice qui avait 10.000 euros sur elle. 

Jugée en comparution immédiate, l’employée du vaccidrive a été condamnée à 18 mois de prison, dont un an ferme, et 10.000 euros d’amende. La complice écope d’un an avec sursis.

D’après France Info, un autre complice est encore recherché en Espagne.

France Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !