Terrorisme : 9000 nouveaux postes dans la sécurité, plusieurs milliers de Français dans la réserve opérationnelle | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Terrorisme : 9000 nouveaux postes dans la sécurité, plusieurs milliers de Français dans la réserve opérationnelle
©Reuters

Sécurité

Terrorisme : 9000 nouveaux postes dans la sécurité, plusieurs milliers de Français dans la réserve opérationnelle

Bernard Cazeneuve a détaillé les mesures après ce nouvel attentat.

Cette fois, il fallait répondre avec force. Après le conseil des ministres, Bernard Cazeneuve et Jean-Yves Le Drian se sont présentés face à la presse pour annoncer un renforcement de la sécurité en France. Le ministre de la Défense, a ainsi annoncé "une répartition plus importante des forces Sentinelle en province". Désormais 10 000 miliaires sont impliqués : 4000 à Paris et 6000 dans le reste de la France. Ce renforcement des effectifs est rendu possible "par le renoncement" des forces militaires à "une partie de leurs congés" a souligné le ministre.

De son côté, Bernard Cazeneuve prévoit "23 500 policiers, gendarmes, militaires et réservistes supplémentaires qui seront mobilisés pour sécuriser" 56 événements à venir. "Nous allons créer d'ici à la fin du quinquennat 9 000 postes" dans les forces de sécurité a-t-il ajouté. "Nous avons décidé également de faire monter en puissance la réserve opérationnelle de la gendarmerie", soulignant que 2500 Français s'étaient déjà manifestés pour la rejoindre.

En revanche, le ministre a de nouveau refusé l'incarcération des fichés S, interdite par la Constitution. "Si nous sortons des principes constitutionnels pour protéger ce que nous chérissons le plus, à savoir la liberté (...) alors nous aurons consacré la victoire des terroristes."

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !