Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Crédits Photo: SIA KAMBOU / AFP

Case prison... estivale

Tariq Ramadan reste maintenu en détention provisoire malgré une nouvelle demande de remise en liberté

Un nouveau recours de l'intellectuel a été rejeté.

Tariq Ramadan va donc passer la fin de l'été en détention.

La cour d'appel de Paris a confirmé le rejet d'une deuxième demande de remise en liberté de l'islamologue, selon des informations de l'AFP, auprès d'une source judiciaire, ce jeudi 9 août. Il est actuellement en détention provisoire depuis une période de six mois.

Une première requête a été rejetée en mai dernier. Sa défense avait déposé une nouvelle demande le 19 juillet, juste après une confrontation avec Henda Ayari, sa première accusatrice. Le témoignage de cette femme, sur le lieu et la date du viol présumé, ont été mis à mal par différents éléments recueillis au cours des investigations.

Une nouvelle confrontation sera organisée le 18 septembre prochain entre l'islamologue et sa deuxième accusatrice. 

Tariq Ramadan, âgé de 55 ans, est au coeur d'une affaire judiciaire à la suite d'accusations de viols. L'intellectuel conteste les faits qui lui sont reprochés. Il a nié tout rapport sexuel avec deux de ses accusatrices. Il a néanmoins reconnu avoir eu une relation extraconjugale avec Mounia Rabbouj, une troisième plaignante. Cette femme, une ancienne escort-girl, était au coeur du procès du Carlton pour la vaste affaire de proxénétisme.   

La défense de Tariq Ramadan avait invoqué encore une fois son état de santé (il est atteint par une sclérose en plaques) et les "incohérences" et les "invraisemblances" des plaignantes pour cette nouvelle demande de remise en liberté. 

Le recours a donc été rejeté lors de l'examen hier (le 8 août) par la chambre de l'instruction, à huis clos et en l'absence de Tariq Ramadan. 

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !