Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
©LOIC VENANCE / AFP

Coulisses politiques

Sondage : Emmanuel Macron et Edouard Philippe ne bénéficient pas d'état de grâce

Les deux hommes affichent une cote de confiance moins élevée que leurs prédécesseurs.

Quelques jours après son arrivée à l'Elysée, la cote de confiance d'Emmanuel Macron (45%) est nettement moins élevée que celles de ses prédécesseurs au lendemain de leur investiture : François Hollande (58% en mai 2012) et Nicolas Sarkozy (59% en juin 2007), selon le premier baromètre Elabe réalisé pour Les Echos et Radio Classique, et diffusé ce jeudi 18 mai.

Le nouveau Premier ministre, Edouard Philippe est crédité de seulement 36% de réponses positives. 43% des Français interrogés ne lui font pas confiance pour affronter les problèmes de la France. 21% sont toutefois sans opinion, compte tenu de sa faible notoriété. Une cote de confiance moins élevée que celles de ses prédécesseurs. En effet, en 2012, Jean-Marc Ayrault était crédité de 56% de confiance à son arrivée à Matignon et François Fillon de 50% en juin 2007.

Le classement des personnalités politiques

En ce qui concerne les autres personnalités politiques, Alain Juppé reprend la première place au classement (50%, +6), devant Jean-Yves Le Drian (37%, +6). Quant à Jean-Luc Mélenchon, il s'effondre (-17 points en un mois à 34%), François Bayrou perd aussi 3 points (31%) et Marine Le Pen, battue au second tour de la présidentielle, en perd 7 à 25%. Cette enquête a été réalisée en ligne les 16 et 17 mai auprès de 999 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. Marge d'erreur de 1,4 à 3,1 points.

>>> À lire aussi : Aux urnes, citoyens : si l'élection présidentielle avait eu lieu au jugement majoritaire, voilà qui serait le président

 

Lu sur Les Echos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !