Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
©RTL

EM baisse

Sondage : Emmanuel Macron dans les cordes

Décrue dans l'opinion pour Emmanuel Macron suite à divers déboires, révèle un sondage Ifop pour le Figaro ce mercredi.

Ça ne va pas mieux pour le leader du nouveau mouvement "En Marche !". Des œufs sur le costard au bureau de Poste de Montreuil lundi dernier, une image en décalage avec les difficultés du pays alors qu'il avait affirmé ne pas être soumis à l'impôt sur la fortune, c'est surtout auprès de l'électorat de gauche qu'Emmanuel Macron agace. Même si les sympathisants de droite ne le portent pas spécialement aux nues ces deux derniers mois, leur opinion du co-locataire reste bonne (plus de 50%) et reste stable d'après l'enquête pour Le Figaro.

Selon ce même sondage Ifop publié le 8 juin sur le site du quotidien, 57% des Français trouvent le ministre de l'Économie "compétent". Problème : ils étaient 63% en avril.

"Sympathique", Emmanuel Macron ? Oui pour 54% des personnes interrogées… contre 63% en avril dernier.

Est-il capable de rassembler les Français ? Le quotidien indique qu'il perd 9 points sur ce critère, de 45% en avril à 36% aujourd'hui.

Sa proximité avec eux ?, sept points de baisse selon Le Figaro depuis avril.

Sa capacité à sortir le pays de la crise ? 5 points de moins.

Une tendance baissière qui se redressera peut-être après l'été, pour celui prévoit une batterie d'analyses et de propositions pour la rentrée, en campagne pour l'élection présidentielle de 2017.

Auprès des sympathisants du Parti socialiste, le jeune ministre perd 23 points sur sa capacité à rassembler les Français, même punition sur sa proximité avec les préoccupations des Français.

Lire aussi : Macron, le ministre auquel on ne dit pas "tu"

 

Lu sur le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !