Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Crédits Photo: Reuters/Charles Platiau

Mauvaises fréquentations

Sextape : le très encombrant ami d'enfance de Karim Benzema

Malgré son statut de star internationale, le joueur de l'équipe de France ne s'est jamais coupé de son quartier, quitte à fréquenter des infréquentables.

Mais que fait Karim Benzema dans cette galère ? Joueur dans un des plus grands clubs du monde, multimillionnaire, et désormais impliqué dans une sordide affaire de sextape à 150 000 euros ? Le lien est à trouver au cœur de son quartier d'enfance, au Bron Terraillon, à l’est de Lyon. Le joueur y est encore très attaché et a ainsi cherché à rendre service à un ami d'enfance, celui-là même qui aurait été mis en examen ce jeudi pour "tentative de chantage et participation à une association de malfaiteurs" : Karim Zenati.

L'homme a un parcours difficile, marqué par plusieurs passages en prison. Tandis que son ami perce dans le football, lui s 'illustre dans les braquages puis dans les gros trafics, comme en 2009, lorsqu'il est arrêté avec 210 kg de cannabis dans le coffre de sa voiture, alors qu'il roulait à pleine puissance en Audi TT, malgré un pneu crevé. Quelques jours avant cette arrestation, il était encore dans la tribune présidentielle du stade de Gerland à Lyon, à côté de Karim Benzema. "L’entourage de Karim Benzema donne un ensemble assez insupportable, certains profitent de sa fortune et pensent que tout s’achète" explique au Monde, un ancien avocat proche de l'affaire.

Karim Benzema a-t-il voulu prévenir "son pote" Valbuena et l'inciter "à ne pas payer" ? C'est ce que prétend l'attaquant. Mais les écoutes entre le joueur et son ami Karim Zenati sont moins élogieuses. "Les écoutes téléphoniques montrent que Zenati sollicite Benzema pour faire pression sur Valbuena dans des termes assez orduriers" explique un enquêteur au Monde.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !