Selon un sondage, 66% des sympathisants de gauche aimeraient qu'un seul candidat les représentent pour l'élection présidentielle | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Selon un sondage, 66% des sympathisants de gauche aimeraient qu'un seul candidat les représentent pour l'élection présidentielle
©STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Réconciliables ?

Selon un sondage, 66% des sympathisants de gauche aimeraient qu'un seul candidat les représentent pour l'élection présidentielle

Mais dans le même temps, 64 % des sympathisants pensent que ce scénario ne se réalisera pas.

Pour Le Parisien-Aujourd'hui en France et France Info, l'institut de sondage Ipsos-Sopra Steria s'est intéréssé aux volontés des sympathisants de gauche. Le fait le plus marquant de cette étude : 64 % des sympathisants veulent qu'un seul des candidats les représentent en 2022. Parmi les personnalités étudiées, Jean-Luc Mélenchon est le plus plébiscité devant Anne Hidalgo et Yannick Jadot. 

Brice Teinturier directeur délégué général d'Ipsos explique cette envie cette demande de rassemblement car les sympathisants de gauche "ont envie de gagner" et que quand on leur demande leur candidat favori ils répondent "Peu importe qui, pourvu qu’ils s’unissent."

Néanmoins, ils savent que leur rêve ne se réalisera pas de si tôt car 64% des sondés ne croient pas à cette union ce qui est confirmé par 72% des Français. 

Pour la candidate PS c'est un véritable camouflet alors qu'elle lance le coup d'envoi de sa campagne ce samedi et alors que la présidentielle approche la gauche est fracturée par de nombreuses candidatures. Brice Teinturier tempère toutefois ce constat car quand on unit la gauche sociale-démocrate et environnementaliste, Hidalgo et Jadot devance Mélnchon. Mais aucun ne semble vouloir s'effacer devant la candidature de l'autre au nom d'une dynamique électorale. 

À Lire Aussi

Les élections régionales n'ont rien résolu pour la gauche. Au contraire, elles ont empiré les choses
Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !