Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Défense
Le président français Emmanuel Macron prend la parole lors d'une conférence de presse en amont du sommet du G7, à l'Elysée, le 10 juin 2021.
Le président français Emmanuel Macron prend la parole lors d'une conférence de presse en amont du sommet du G7, à l'Elysée, le 10 juin 2021.
©PASCAL ROSSIGNOL / POOL / AFP

Présence française en Afrique

Sahel : Emmanuel Macron annonce « la fin de l'opération Barkhane en tant qu'opération extérieure »

Le chef de l’Etat a annoncé la fin de l’opération Barkhane. Emmanuel Macron a indiqué qu'une nouvelle force internationale remplacerait l'opération Barkhane au Sahel et que le nombre de soldats français sur place serait réduit.

Emmanuel Macron a annoncé lors d'une conférence de presse ce jeudi 10 juin une « transformation profonde » de la présence militaire française au Sahel avec la fin de l'opération Barkhane, notamment au Mali, théâtre d'un récent nouveau coup d'Etat. Elle sera dorénavant intégrée à une alliance internationale antijihadiste dans la région, selon des informations du Figaro.

« La France est engagée depuis un peu plus de huit ans au Sahel. Nous nous sommes installées dans une opération, dites Barkhane, de longue durée. Beaucoup de nos soldats sont tombés, j'ai une pensée pour leur famille. Nous leur devons la cohérence, la clarté. (…) Nous allons tirer les enseignements de ce qui a fonctionné et tirer aussi les enseignements de ce qui n'a pas fonctionné ».

Emmanuel Macron s’est confié sur la nouvelle force internationale au Sahel :

« À l’issue de consultations avec nos partenaires américains et européens, nous amorcerons une transformation profonde de notre intervention au Sahel. Les modalités seront précisées à la fin du mois de juin. Il impliquera le passage à un nouveau cadre avec la fin de l'opération Barkhane en tant qu'opération extérieure de l'armée française ».

La France participera donc dorénavant à une alliance internationale antijihadiste dans la région :

« Les armées françaises seront la colonne vertébrale de cette force » même si elle sera également composée des partenaires européens et de forces locales.

Emmanuel Macron a également précisé que le nombre de soldats français présents serait réduit :

« L'état final recherché c'est de réduire nos emprises, de réduire la logique opération extérieure, de garder un pilier de lutte contre le terrorisme avec des forces spéciales et un pilier de coopération avec nos partenaires, nous avons déjà des structures existantes que nous allons compléter ».

Le président de la République a néanmoins tenu à révéler que ces annonces n'étaient « pas liées aux évolutions récentes, au Tchad comme au Mali ».

A lire aussi : La France (et l’Europe) face au vertigineux défi de l’expansion de l’islamisme en Afrique

Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !