Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
©ERIC PIERMONT / AFP

Soutien aux entreprises

Renault : le prêt garanti de 5 milliards d'euros est validé par le gouvernement

Le gouvernement vient de valider le prêt garanti par l’Etat afin de surmonter la crise économique liée au coronavirus. Renault a dévoilé un plan d'économies avec la suppression d'environ 15.000 emplois dans le monde, dont 4.600 en France. L'exécutif aurait obtenu des garanties pour l'avenir des salariés de l'usine de Maubeuge.

Le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire va valider ce mardi 2 juin le prêt garanti par l'Etat de 5 milliards d'euros pour aider le constructeur automobile Renault à traverser la crise du coronavirus, selon des informations communiquées par Bercy. 

Le ministre "a demandé à ce que s'ouvre immédiatement un dialogue social et technique, pour mettre au point un projet industriel d'avenir [...] qui devra garantir à long terme, au-delà de 2023, l'emploi et le niveau d'activité industrielle sur le site de Maubeuge (Nord) et son territoire", selon des précisions du ministère de l'Economie.

L'Etat avait déjà annoncé qu'il était prêt à soutenir Renault, dont il détient 15% du capital, face à l’impact économique de la crise du coronavirus. 

Lors d'une récente visite à Etaples, Emmanuel Macron avait indiqué que ce prêt serait assuré si "l'ensemble des salariés (des sites) de Maubeuge et de Douai" pouvaient avoir "toutes les garanties sur leur avenir".

Renault a présenté vendredi un plan d'économies confirmant la suppression d'environ 15.000 emplois dans le monde, dont 4.600 en France, "sans licenciement sec". Un projet de restructuration de différentes usines est également prévu. 

L'entreprise Renault est confrontée à des surcapacités de production au niveau mondial. 

L'activité et l'emploi sur le site de Maubeuge seront maintenus "au-delà de 2023", a assuré mardi Xavier Bertrand, le président des Hauts-de-France, à l'issue d'une réunion à Bercy en présence notamment de Bruno Le Maire, de la direction de Renault et des syndicats.

Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !