Régime des retraites : l'équilibre, c'est pas maintenant | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Régime des retraites : l'équilibre, c'est pas maintenant
©Reuters

Ça ira

Régime des retraites : l'équilibre, c'est pas maintenant

Contrairement à l'optimisme prononcé du gouvernement, le retour à l'équilibre se fera au mieux en 2020, et si la France maintient un taux de croissance de 1,5%, révèle Le Figaro le 11 juillet.

Et "c'est pas gagné" non plus.

Au niveau de la réforme du système des retraites en France, 3 objectifs ont été assignés à l'exécutif par la loi Touraine de 2014 : niveau de vie des retraités, équité entre assurés, pérennité financière.

Le 11 juillet, le Comité de suivi des retraites (CSR), organisme chargé de vérifier que le régime de retraites respecte ces trois objectifs, a rendu son troisième rapport à Manuel Valls.

Et selon Le Figaro, qualifier ce rapport d'optimiste relève du doux euphémisme. En effet, le Comité estime que "la situation et les perspectives du système de retraites ne s'éloignent pas de façon significative des objectifs définis par la loi". Les membres chargé du suivi des retraites voient même une "amélioration lente mais sensible", ce qui a permis au Premier ministre de saluer immédiatement "le très net rétablissement de notre système de retraites" qui grâce à la réforme de la ministre de la Santé Marisol Touraine l'aurait remis "sur la voie d'un équilibre financier durable".

Seulement voilà. D'ici à 2020, le besoin de financement du régime de retraite sera de 0,2% du PIB, soit 4 milliards d'euros. Effectivement, c'est deux fois moins que le montant prévu par le Conseil d'orientation des retraites (COR) l'an dernier, notamment grâce à l'accord des partenaires sociaux de 2015, qui promet 6,1 milliards d'euros en moins pour les besoins de fonctionnement des régimes de retraite complémentaire (Agirc-Arrco) d'ici 4 ans.

Or, ce scénario idéal n'est possible que si la France maintient un taux de croissance de 1,5% du PIB et un taux de chômage de 7% de la population active, et ce au-delà même de 2020. Si ces hypothèses économiques du CSR pour la France à 4 ans ont été jugées "raisonnables et responsables" par Mme Touraine, la ministre sait qu'au-delà de 2020, elle ne peut pas se prononcer, car le brouillard domine.

Si la croissance devait par exemple tomber à 1% d'ici à 2040 note Le Figaro, le beau château de cartes s'écroulerait et le besoin de financement du système de retraites passerait de 0,2% à 0,5%, ce qui bien sûr romprait totalement son équilibre, et exigerait de nouvelles réformes.

Dans son dernier rapport publié en juin, le COR résume très bien la situation des retraites suivant les différents scénarios et hypothèses de données économiques pour la France, dans l'infographie ci-dessous (cliquez pour agrandir), ce qui modère l'optimisme exacerbé de l'exécutif.

Lire aussi : Pourquoi la recherche d’un accord à courte vue sur les assurances vieillesses complémentaires pourra coûter jusqu’à 18% aux futurs retraités

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !