Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Réfugiés : la France "n’hésitera pas" à rétablir le contrôle aux frontières, affirme Manuel Valls
©Reuters

Annonces

Réfugiés : la France "n’hésitera pas" à rétablir le contrôle aux frontières, affirme Manuel Valls

Le Premier ministre a également indiqué que 279 millions d'euros supplémentaires seront débloqués en 2016 pour financer l'accueil des réfugiés et des demandeurs d'asile.

"Un coeur intelligent, un coeur ferme". C'est ainsi que Manuel Valls a qualifié la politique du gouvernement sur la question des migrants. Pour le deuxième jour consécutif, le chef du gouvernement faisait face aux députés lors d'un discours à l'Assemblée nationale.

Au lendemain d'un débat sur les frappes aériennes françaises en Syrie, le Premier ministre a cette fois fait plusieurs annonces sur l'accueil des réfugiés. Il a ainsi indiqué que le gouvernement allait débloquer 279 millions d'euros supplémentaires en 2016 pour financer l'accueil des réfugiés et des demandeurs d'asile. De plus, 250 millions d'euros supplémentaires seront injectés pour l'hébergement d'urgence sur douze mois.

Par ailleurs, du personnel supplémentaire sera également recruté pour surveiller les frontières. "Face à la situation actuelle, nous avons décidé de créer 900 postes de policiers et de gendarmes supplémentaires pour renforcer la police aux frontières", a-t-souligné.

Alors que 80% des Français souhaitent que la France rétablisse les contrôles aux frontières, Manuel Valls n'a pas exclu cette possibilité. "La France n'hésitera pas à le faire. Nous avons déjà rétabli ce printemps des contrôles temporaires à cette frontière. Et nous n'hésiterons pas à le faire de nouveau comme les règles de Schengen le permettent à chaque fois que les circonstances l'imposent, si c'est nécessaire dans les prochains jours ou prochaines semaines".

Menaçant, le Premier ministre a mis en garde contre les tentations électoralistes sur ce débat. "Ceux qui voudront utiliser la question des réfugiés pour des raisons électorales se trompent grandement et le paieront un jour ou l'autre."

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !