Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique

Pas content !

Réforme territoriale : un proche de François Hollande critique la nouvelle carte

Bernard Combes, maire PS de Tulle, a exprimé sa "déception" après le dévoilement de la carte de la réforme territoriale. Il a notamment jugé que la Corrèze n'avait "pas sa place" dans un projet de grande région Poitou-Charentes-Centre-Limousin "improbable et informe".

 

Décidément, la réforme territoriale voulue par François Hollande échauffe les esprits. Même de ses plus proches soutiens. Mercredi, Bernard Combes, maire PS de Tulle, a exprimé sa "déception" après le dévoilement de la carte de la réforme. Il a notamment jugé que la Corrèze n'avait "pas sa place" dans un projet de grande région Poitou-Charentes-Centre-Limousin "improbable et informe". "Il n'y a pas de réalité géographique, sociologique, démographique et économique", à cette région, s’est insurgé l’édile, regrettant qu'elle ne dispose pas de capitale à dimension européenne comme Bordeaux ou Toulouse, et  évoquant le "tropisme du sud-ouest" des Corréziens. 

"Je pense qu'on pourra la faire évoluer, car elle ne répond pas aux flux économiques, migratoires, étudiants. Elle n'offre pas la garantie d'agir. On court le risque d'émiettement et de confrontation", a déclaré Bernard Combes dans La Montagne"Les partenaires industriels et économiques ne sont pas tournés vers cette partie-là du territoire", a encore dit le conseiller technique à l'Élysée, en charge des relations avec les élus, insistant sur le fait qu'il soutient malgré tout le président et la nécessité d'une réforme territoriale. Enfin, il a suggéré "un démembrement du Limousin, région qui n'a jamais été une" et "un rattachement de la Corrèze avec l'Aquitaine" (qui reste seule dans la carte proposée).

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !