Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Recep Tayyip Erodgan Emmanuel Macron Liban critiques OTAN
©ADEM ALTAN / AFP

Bras de fer diplomatique

Recep Tayyip Erdogan accuse Emmanuel Macron de "colonialisme" et de "spectacle" pour sa visite au Liban

Le dirigeant turc Recep Tayyip Erodgan a critiqué le déplacement et l’attitude du président français Emmanuel Macron à Beyrouth la semaine dernière, quelques jours après la catastrophe au port de la capitale libanaise.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a accusé, ce jeudi 13 août, son homologue français Emmanuel Macron de visées "coloniales" au Liban et qualifié sa récente visite à Beyrouth de "spectacle". Ces déclarations, qui risquent de jeter de l’huile sur le feu, s’inscrivent dans un contexte de tensions croissantes entre Ankara et Paris sur le dossier libyen et sur la situation en Méditerranée notamment. Les recherches turques d'hydrocarbures dans cette zone maritime ont suscité la colère de la Grèce et de l'Union européenne. Soutenant Athènes, Paris a dénoncé les actions "unilatérales" d'Ankara. La France a annoncé jeudi avoir temporairement renforcé sa présence militaire en Méditerranée orientale avec le déploiement de deux avions et deux navires de guerre. La presse progouvernementale turque a accueilli cette nouvelle avec indignation, accusant la France de "dépasser les bornes" et de "chercher la guerre".

Recep Tayyip Erodgan s’est exprimé sur la visite d’Emmanuel Macron au Liban lors d’un discours prononcé depuis la ville d’Ankara ce jeudi 13 août : 

"Ce que Macron et compagnie veulent, c'est rétablir l'ordre colonial (au Liban). Nous, ce n'est pas courir après les photos ou faire le spectacle devant les caméras qui nous intéresse".

Le chef de l'Etat turc a donc vivement critiqué le déplacement et la visite d'Emmanuel Macron à Beyrouth la semaine dernière, après l’explosion ayant ravagé la capitale libanaise.

Le Liban a été sous mandat français de 1920 à son indépendance en 1943. Avant cela, il a été sous domination ottomane pendant quatre siècles. 

La ministre française des Armées, Florence Parly, est attendue ce jeudi à Beyrouth. 

A lire aussi : L’Europe a-t-elle déjà perdu face à la Turquie ?

Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !