Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Crédits Photo: Reuters

Sans rire

Quand Jérôme Cahuzac voulait combattre... l'opacité du Panama

En 2011, l'ancien ministre du Budget, qui n'était alors que député, avait vivement critiqué un accord de coopération et d'échange d'informations entre la France et le pays d'Amérique centrale.

Avant que le scandale des Panama Papers éclate, une personnalité politique française avait condamné l’opacité du pays d’Amérique centrale aujourd’hui au cœur de l’actualité. Son nom : Jérôme Cahuzac. C’est France Télévisions qui a repéré cette information. En 2011, celui qui n’était encore que député était vent debout contre l'accord de coopération et d'échange d'informations entre la France et le Panama. "Il ne me semble pas aujourd'hui que les éléments soient réunis pour retirer le Panama de la liste grise" avait-il notamment déclaré à l'Assemblée nationale.

Quelques années plus tard, après avoir été ministre du Budget, puis contraint à la démission pour avoir caché l’existence d’un compte en Suisse, l’homme politique se retrouve éclaboussé par cette opacité qu’il avait lui-même dénoncée.  Car selon Le Monde et "Cash Investigation", l'ancien ministre a lui aussi eu recours aux services de Mossack Fonseca en 2009, pour mettre à l'abri des regards ses avoirs cachés jusqu'ici placés dans la banque suisse UBS.

Cette mesure avait été réalisée via un montage complexe de sociétés écrans immatriculées aux Seychelles et au Panama. Malgré tout, son avocat l’assure : Jérôme Cahuzac ignorait les détails du montage fiscal mis en place par ses conseillers financiers.

>>>> A LIRE AUSSI : Platini, Cahuzac, clan Poutine… : les mis en cause des Panama Papers

Lu sur France Tv Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !