Prisons françaises : 67 977 détenus au 1er juin, nouveau record | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Il y avait 67 977 détenus au 1er juin en France
Il y avait 67 977 détenus au 1er juin en France
©

Surpopulation carcérale

Prisons françaises : 67 977 détenus au 1er juin, nouveau record

Selon les chiffres publiés ce lundi par la direction de l'Administration pénitentiaire, le taux d'occupation est de 118,5%.

Le problème de surpopulation carcérale en France n'est pas nouveau. Pourtant, rien n'y fait, aucune solution n'a encore pu être apportée. Le nombre de détenus ne cesse d'augmenter. Chaque mois les records tombent. Ainsi, le mois de juin n’échappe pas à la règle. En effet, selon les chiffres publiés ce lundi par la direction de l'Administration pénitentiaire, il y avait 67 977 détenus dans les prisons françaises au 1er juin. Pour autant, la "capacité opérationnelle" des établissements, c'est-à-dire leur capacité d'accueil, a progressé quasiment dans les mêmes proportions que le nombre de détenus (57 325 places). C'est pourquoi  le taux d'occupation est resté inchangé, à 118,5%.

Dans le détail, on constate que le nombre de personnes condamnées s'est stabilisé (-0,1%). En revanche, celui du nombre de prévenus (en attente de jugement), a progressé de 1,2%. Ainsi, il n'y a jamais eu autant de personnes en détention provisoire en France. Face à ce constat, le premier syndicat pénitentiaire, l'Ufap-Unsa Justice, appelle au blocage de tous les établissements pénitentiaires mardi. "Il s'agit de bloquer l'institution", a expliqué le secrétaire général adjoint de l'UFAP-UNSA Justice, Stéphane Barraut. "C'est un coup de semonce, pour faire prendre conscience à nos dirigeants de l'urgence, a-t-il ajouté. Là, on dit : il va falloir qu'on s'occupe réellement de la pénitentiaire."

 

Déjà jeudi dernier, quelque 180 surveillants du centre pénitentiaire de Fresnes (Val-de-Marne) s'étaient rassemblés devant l'établissement pour dénoncer la violence grandissante des détenus à leur égard.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !