Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique

Imbroglio

Primaire de la gauche : 1,6 millions de bulletins comptabilisés à la mi-journée, des "litiges" dans certains bureaux de vote

D'après ce comptage, Benoît Hamon était toujours en première position avec 36,35% des voix, devant Manuel Valls (31,11%).

Au lendemain du premier tour de la primaire de la gauche, la Haute autorité en charge du scrutin a annoncé avoir comptabilisé plus de 1,6 millions de bulletins au siège du PS, lundi matin à 11 heures. 

"On a 1.603.518 votants, sur 92,75 % des bureaux de vote", a indiqué Thomas Clay, président de la Haute autorité de la primaire (HAPC).

"Il ne reste que 412 bureaux de vote à remonter", a-t-il ajouté, précisant que des "bureaux de vote ont fusionné" leurs résultats et le chiffre total seront donc inférieur aux 7.530 bureaux initialement annoncé.

A 11H00 lundi, "105 bureaux de vote étaient en litige, mais c'est en train de se régler", a poursuivi Thomas Clay. 

D'après ce comptage, Benoît Hamon était toujours en première position avec 36,35% des voix, devant Manuel Valls (31,11%), Arnaud Montebourg (17,52%) et Vincent Peillon (6,85%). François de Rugy (3,88%), Sylvia Pinel (1,98%) et Jean-Luc Bennahmias (1,01%) ferment la marche. Votes blancs et nuls totalisent 1,3%.

Les résultats définitifs seront communiqués lundi dans la journée, selon M. Clay. Ils ne seront tout à fait validés que dans la semaine.

Christophe Borgel, président du Comité national d'organisation de la primaire, a indiqué lundi matin que la participation finale pourrait atteindre la barre des 1,7 million de votants. 

Plus d'informations à venir...

>>>> À lire aussi : Primaire de la gauche : duel entre le nouveau monde et l'ancien (nouveau) monde du PS

 

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !