Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
©Thomas SAMSON / AFP

La chute

Présidentielle 2017 : 68% des Français sont contre le maintien de la candidature de François Fillon selon un nouveau sondage

L'ancien Premier ministre serait "honnête" pour seulement 23% des personnes interrogées.

Les jours passent et François Fillon reste plus que jamais englué dans l'affaire dite du "Penelopegate". Selon un sondage de l'Ifop pour le Journal du Dimanche, 68% des Français ne souhaitent pas que le candidat de la droite maintienne sa candidature à la présidentielle après les révélations du Canard enchaîné sur un possible emploi fictif de son épouse. Ce sondage rejoint celui publié par Atlantico ce jeudi, qui montrait que 31% des Français souhaitent que François Fillon maintienne sa candidature, 69% privilégiant le remplacement par une autre personnalité.

A LIRE AUSSI : Fillon, retrait ou non? 50/50 chez les sympathisants de droite et du centre; Alain Juppé plan B privilégié par 42% d'entre eux

Dans le détail du nouveau sondage du JDD, les sympathisants de gauche sont 79 % à souhaiter qu'il se retire. La tendance est bien différente chez les sympathisants républicains, qui sont près de 64% à vouloir son maintien. L'ancien Premier ministre serait "honnête" pour seulement 23% des personnes interrogées, bien que le chiffre monte à 49% chez l'ensemble des sympathisants républicains. Par ailleurs, il possèderait la stature d'un président de la République pour 45% des Français (80% pour les sympathisants républicains).

S'il se désistait, le candidat favori des sondés pour le remplacer serait Xavier Bertrand, qui récolterait avec 39 % des suffrages (59% chez les Républicains). Suivent ensuite François Baroin (38 %), Laurent Wauquiez (29 %), Valérie Pécresse (25 %) et Gérard Larcher (24 %).

Lu sur le JDD

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !