Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Xavier Bertrand, qui a dirigé l'UMP entre 2008 et 2010, a annoncé ce dimanche qu'il n'était pas candidat à la présidence du parti.

Non, pas envie

Présidence de l'UMP : Xavier Bertrand jette l'éponge et vise 2017

Invité ce dimanche matin sur Europe 1, l'ancien ministre du Travail Xavier Bertrand a annoncé qu'il ne se présenterait pas à la présidence de l'UMP, préférant se réserver pour la primaire qui désignera le candidat du parti à la présidentielle de 2017.

Ira ? Ira pas ? Après plusieurs semaines de suspense, la réponse est tombée ce dimanche matin : ira pas. Xavier Bertrand a en effet annoncé sur Europe 1 qu’il renonçait à briguer la présidence de l’UMP. L’ancien secrétaire général a justifié ce choix par sa volonté d'être "candidat à la primaire pour l'élection présidentielle de 2017" et de ne "pas confondre les élections". "C'est un choix de cohérence et de transparence", a-t-il justifié.

Et d'ajouter : "Celui qui sera élu à la présidence de l'UMP ne sera en rien le candidat naturel à la primaire de 2016 pour l'élection présidentielle." "J'ai beaucoup réflechi", a précisé Xavier Bertrand, venu dans le studio avec ses "quelque 8 200" formulaires de parrainages afin de ne pas être accusé de renoncer faute de soutiens.

"L'état d'esprit qui est le mien, c'est l'unité avant tout et le rassemblement", a affirmé le député de l'Aisne.

L'ex-ministre du Travail a par ailleurs assuré qu'il se prononcerait en faveur de l'un des deux candidats favoris, François Fillon ou Jean-François Copé. "Je dirai clairement pour qui je voterai le moment venu, quand j'aurai lu leur projet politique", a -t-il affirmé, précisant qu'il devra "se sentir en phase avec leur projet".

Xavier Bertrand a été secrétaire général de l'UMP entre 2008 et 2010. 

 

Lu sur France TV Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !