Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Un homme aurait manifesté avec une Kalachnikov
©Flickr / Reuvenim

Réelle ou factice ?

Présence supposée d'une Kalachnikov dans une manifestation pro-palestinienne à Paris : ouverture d'une enquête

France Info révèle ce dimanche qu'un homme a procédé, en queue de cortège, à un simulacre d'exécution avec un fusil d'assaut.

De nouvelles manifestations pro-palestiniennes ont rassemblé plusieurs milliers de personnes samedi un peu partout en France. Elles avaient pour objectif de dénoncer l'offensive israélienne à Gaza. A Paris, ce rassemblement, dont le mot d'ordre était l'arrêt de l'"agression israélienne" et la "levée du blocus, illégal et criminel, de Gaza", a réuni 3 500 et 8 000 personnes selon les différentes sources. Si cette manifestation n'a pas dégénérée en affrontements avec les forces de l'ordre, elle fait toutefois parler ce dimanche. 

En effet, le site de France Info révèle qu'un des manifestants du rassemblement pro-Gaza a exhibé une Kalachnikov. Plus précisément, alors qu'un simulacre d'exécution a été organisé à l'arrière du cortège,  un des journalistes de la radio raconte : "Il y avait un homme habillé en militaire avec ce qui semblait vraiment être une Kalachnikov. Il faisait le tour des enfants et faisait semblant de tirer sur eux. Il est parti assez vite et est remonté dans le camion qui abritait la sono". Il confie que cet homme était "caché par pas mal de gens qui regardaient donc on peut imaginer que les policiers n'aient pas forcément vu l'arme".

 

Arme réelle ou factice, l'exhibition de ce fusil d'assaut a entraîné l'ouverture d'une enquête "pour infraction à la législation sur les armes". "Le port d'armes dans une manifestation est en effet interdit rappelle la préfecture de police, où l'on n'a pas souvenir qu'un tel événement se soit déjà produit", assure à France Info la préfecture de police de Paris.

 

 

 

lu sur France Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !