Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Plusieurs milliers de clandestins ont défilé à Paris malgré l'interdiction de la préfecture
©

Déconfinement extrême

Plusieurs milliers de clandestins ont défilé à Paris malgré l'interdiction de la préfecture

Répondant à l'appel de 195 organisations, plus de 5000 personnes ont manifesté samedi à Paris pour demander la régularisation des clandestins.

La manifestation avait été interdite jeudi par la préfecture de police de Paris, du fait du décret prohibant les rassemblements de plus de 10 personnes en raison du Covid-19. Qu'à cela ne tienne ! Un cortège de 5500 personnes, selon la police, a défilé samedi après-midi à Paris, de la place de l'Opéra jusqu'à la place de la République, à l'appel de 195 organisations réclamant la régularisation des clandestins.

L'appel à cette "marche des solidarités" a été relayé par près de 210 organisations et 300 personnalités, selon un texte diffusé sur les réseaux sociaux. "Pour ces populations, la crise sanitaire actuelle est en train de devenir une véritable bombe sanitaire. Elles sont sans droits, sans revenus et sans espoir d’accès aux allocations proposées par l’État. Pour elles et pour eux, il n’y a pas d’accès gratuit aux soins et pas d’autre possibilité pour survivre que de chercher des moyens de subsistance”, dénoncent dans un communiqué commun ces organisations", ont écrit les organisateurs de la marche dans un communiqué.

La police a procédé à 92 interpellations et a dû faire usage de gaz lacrymogènes pour disperser la foule.

D'autres marches ont eu lieu à Lyon, Lille, Marseille, Toulouse et Grenoble, rassemblant plusieurs centaines de personnes. Une nouvelle manifestation est prévue le 20 juin.

Le Figaro

Le sujet vous intéresse ?

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !