Pierre Gattaz va s'offrir un superbe château français...qui était convoité par Steve Jobs | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Pierre Gattaz va s'offrir un superbe château français...qui était convoité par Steve Jobs
©

Un petit coin de paradis

Pierre Gattaz va s'offrir un superbe château français...qui était convoité par Steve Jobs

D'après "Le Canard Enchaîné", le patron du Medef sera le prochain propriétaire du château de Sannes, dans le Lubéron.

Idéal pour les soirées d'été. Selon des informations du Canard Enchaîné, Pierre Gattaz a des envies immobilières. Le président du Medef et sa famille (qui possèdent  87% du fabricant de composants électroniques Radiall et dont la fortune est estimée à plusieurs centaines de millions d'euros) souhaitent s'offrir pour onze millions d'euros le château de Sannes, dans le Lubéron, un bien appartenant à Lady Hamlyn, veuve de Paul Hamlyn, éditeur britannique. Une modeste mais coquette demeure : 2.120 m2 habitables, abritant, notamment, six suites et une piscine chauffée, un pool house, une seconde piscine extérieure. Cerise sur le gâteau : un "vieux moulin à vent".

Si la vente était effective, le patron des patrons ferait une belle opération. En 2011, le prix de vente était de l'ordre de 30 millions d'euros. A l'époque, un homme s'était montré très intéressé par le domaine, un certain… Steve Jobs. Pour un raison inconnue, la transaction ne s'était finalement pas faite.

Au-delà du charme du lieu, Pierre Gattaz entend bien faire quelques profits. Avec les 73 hectares de terres agricoles et un vignoble de 35 hectares, le domaine aurait un bon potentiel pour un vin de qualité. Par ailleurs, le dirigeant du Medef envisage de sa lancer dans la production d'amandes et l'huile d'olive.

Lu sur Challenges

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !