Pierre Gattaz regrette d'avoir qualifié la CGT de "terroriste" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Dans une interview accordée au journal Le Monde, Pierre Gattaz évoquait des "minorités qui se comportent un peu comme des voyous, comme des terroristes".
Dans une interview accordée au journal Le Monde, Pierre Gattaz évoquait des "minorités qui se comportent un peu comme des voyous, comme des terroristes".
©Reuters

Mea-culpa

Pierre Gattaz regrette d'avoir qualifié la CGT de "terroriste"

"Ce mot a été mal compris et peut choquer, notamment les personnes qui ont été touchées par les événements récents qui ont endeuillé notre pays", écrit le président du Medef.

Dans un communiqué publié mercredi 1er juin, le président du Medef est revenu sur la polémique provoquée par l'utilisation du mot "terroriste" pour qualifier le comportement de certains militants de la CGT à l'initiative des blocages visant à contester la loi travail. Dans une interview accordée au journal Le Monde lundi 30 mai, Pierre Gattaz évoquait des "minorités qui se comportent un peu comme des voyous, comme des terroristes".

"Ce mot a été mal compris et peut choquer, notamment les personnes qui ont été touchées par les événements récents qui ont endeuillé notre pays (…) Ce n'était évidemment pas mon intention. Le mot terrorisme était donc inadapté dans ce contexte", écrit le patron des patrons. 

"Mais les méthodes de voyous employées par la CGT doivent cesser (…) Menacer les salariés et les chefs d'entreprise, chanter que les patrons, ça ne mérite que la pendaison, revendiquer de bloquer l'activité économique d'une région ou d'un pays, parler de terrorisme patronal dans ses tracts... ce sont des actes qu'il faut dénoncer et qui démontrent une conception affligeante du dialogue social", estime-t-il également. 

>>>> À lire aussi : ONPC : Pierre Gattaz, chahuté à son arrivée sur le plateau par les partisans de Nuit Debout

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !