Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Philippe Poutou a décidé de quitter la tête du NPA
©REUTERS/Gonzalo Fuentes

Poutou d’adieu

Philippe Poutou lâche la direction du NPA

Le candidat à l’élection présidentielle de 2012 a annoncé qu’il s’agissait du "résultat logique de ma non-intégration à l'équipe exécutive et de désaccords multiples sur le fonctionnement."

L’aventure de Philippe Poutou à la tête du Nouveau Parti Anticapitaliste a officiellement pris fin. Dans une lettre publiée ce mercredi sur Mediapart, le candidat à l’élection présidentielle de 2012 a en effet annoncé qu’il quittait la direction du parti. "C’est le résultat logique de ma non-intégration à l'équipe exécutive et de désaccords multiples sur le fonctionnement", a-t-il écrit. Cet ouvrier à l’usine Ford de Blanquefort, en Gironde, a dénoncé un comité exécutif "trop parisien" et a dénoncé "les problèmes de fonctionnement, de manque de démocratie, de manque de respect entre camarades, de relations conflictuelles, destructrices, usantes, démoralisantes".

Afin de prouver le problème de non-intégration, Philippe Poutou évoque la distance. "Il n'y avait pas de cadre collectif pour m'intégrer. Je me suis senti de plus en plus inutile", a-t-il affirmé avant d’ajouter : "On peut en discuter tranquillement. À force, je me rends bien compte que je me déforme aussi, que je finis par décider seul, par faire ce que je veux. Ce qui n'est pas bon du tout". S’il quitte la tête du parti, Philippe Poutou ne laisse pas le NPA. Olivier Besancenot a en effet affirmé au Figaro que "Philippe ne démissionne ni du NPA, ni de la direction, dont il reste membre, ni des tâches de représentation publique qu'il continue à assumer, cette semaine encore, auprès de salariés en lutte".

 
Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !