Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Crédits Photo: AFP

Preuves

Penelopegate : François Fillon va déposer "un certain nombre de pièces" au parquet

Le candidat à l'élection présidentielle entend défendre bec et ongle son épouse.

Selon Le Parisien, une enquête préliminaire a donc été ouverte mercredi 25 janvier par le parquet financier "détournement de fonds publics, abus de biens sociaux et recels". Elle devrait faire de la lumière sur les emplois présumés fictifs de l'épouse de François Fillon. Ce dernier ne compte pas se laisser faire et va se défendre.

>>> À lire aussi : Penelopegate : l’Odyssée de Fillon ne fait-elle que commencer?

Invité ce matin de la matinale d’Europe1, le sénateur de Vendée, président du conseil Régional des Pays de la Loire et président du groupe LR au Sénat Bruno Retailleau, a déclaré que François Fillon allait déposer "dans la journée" au parquet financier "un certain nombre de pièces". En effet, hier, François Fillon avait demandé d’être reçu "dans les plus brefs délais" par le parquet national financier. "Ce matin même, dans quelques heures, dès que les bureaux seront ouverts, l’avocat de François Fillon prendra l’attache du procureur financier et dans la journée même il se déplacera avec un certain nombre de pièces ", a précisé le sénateur.

Pour Bruno Retailleau, "François Fillon, ça fait plus de 30 ans qu’il est dans la vie politique, sans aucune affaire, et comme par hasard, à trois mois de la présidentielle, quelques jours avant son discours fondateur, dimanche prochain, à La Villette, cette affaire lui tombe dessus". Il a également affirmé qu’il “n’est pas question de laisser prendre en otage une campagne présidentielle”.

>>> À lire aussi : Chic! les premières boules puantes de la campagne…

 

Lu sur Valeurs Actuelles

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !