Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Le ministère de la Justice et celui de l'Education nationale vont ouvrir une enquête administrative sur les dysfonctionnements.
©Reuters

Malaise

Pédophilie : un enseignant du Pas-de-Calais suspendu après sa condamnation

Le ministère de l'Education nationale a annoncé mercredi qu'une enquête administrative sur les différents dysfonctionnements révélés ces derniers jours allait être diligentée.

Les révélations sur des possibles cas de pédophilie dans els écoles se multiplient depuis ces derniers jours. Point d'orgue de ce sujet qui inquiète dans les écoles: l'affaire du directeur d'école de Villefontaine en Isère. Déjà condamné en 2008 pour détention d'images pédopornographiques, le responsable pédagogique a été mis en examen pour viols sur mineurs de 15 ans après la plainte de 23 familles. Une décision judiciaire suivie d'une révocation à vie par l'Education nationale.

Jeudi, c'est une nouvelle affaire qui éclabousse le monde de l'éducation. Un enseignant du Pas-de-Calais vient d'être suspendu après sa condamnation par la justice pour détention d'images pédopornographiques. Une décision prise par le rectorat de Lille alors que le professeur de collège de 46 ans, qui enseignait à Saint-Etienne-au-Mont, était jugé par le tribunal de Boulogne-sur-Mer en comparution immédiate.

L'enseignant a été condamné à dix-huit mois de prison avec sursis. Le rectorat l'a suspendu à titre conservatoire. Une commission de discipline va se réunir pour décider d'une sanction définitive, qui peut aller jusqu'à la révocation. Mercredi, c'est un professeur de l'académie de Rennes qui a été suspendu. Cet enseignant d'éducation physique et sportive d'Orgères, en Ille-et-Vilaine, déjà condamné en 2006 pour possession d'images pédopornographiques, a été mis en examen pour agression sexuelle sur mineur.

Lu sur BFMTV.com

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !