Pédophilie : monseigneur Di Falco assigné en justice après de nouvelles accusations | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Pédophilie : monseigneur Di Falco assigné en justice après de nouvelles accusations
©Reuters

Enquête

Pédophilie : monseigneur Di Falco assigné en justice après de nouvelles accusations

Un ancien élève prénommé Marc, qui a déposé plainte, demande réparation après des viols et des agressions sexuelles dont il aurait été victime dans les années 1970.

Selon les informations révélées ce vendredi par France Info, l'évêque de Gap, monseigneur Jean-Michel Di Falco, a été de nouveau assigné au civil dans une affaire de pédophilie présumée. 

Un ancien élève prénommé Marc, qui a déposé plainte, demande réparation après des viols et des agressions sexuelles dont il aurait été victime dans les années 1970. Ce dernier avait entre 12 ans et 15 ans à l'époque des faits, quand Monseigneur di Falco dirigeait le collège de Saint-Thomas-d’Aquin, dans le 7e arrondissement de Paris.

"Je rencontre di Falco en 1972 par l’intermédiaire de copains qui m’amènent chez lui. On va dans son salon, et à un moment je me retrouve sur lui (…) Ça a commencé par des relations sexuelles et des viols. J’avais 12 ans, ça a duré de 1972 à 1975", raconte Marc. 

Un autre ancien élève prénommé "Paul" rapporte lui aussi avoir été victime d'attouchements à l'âge de 10 ans au collège Bossuet, dans le 6e arrondissement Paris, à l'époque où monseigneur Di Falco en était le directeur. 

"Je veux le soutenir dans sa démarche parce qu’il n’est pas tout seul. Nous sommes ensemble contre Di Falco, contre le mal qu’il a fait sur nous et que nous portons toujours malgré les 40 ans passés. C’est un manipulateur", a-t-il déclaré. 

>>>> À lire aussi : Pourquoi le catholicisme ne peut pas être considéré comme une minorité parmi d'autres

 

 

Lu sur L'Obs

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !