Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
François Hollande critiqué même dans son camp
©Reuters

Rififi

Pascal Cherki : le député PS s'en prend à Hollande, "inacceptable" selon Désir

"Quand on est président de la France, on n'est pas conseiller général de canton, on prend la mesure de la situation et on change de braquet" a déclaré l'élu socialiste.

Il y a des attaques qui passent mal. Surtout lorsqu'elles viennent de son propre camp. Pascal Cherki, député socialiste devrait en faire l'amère expérience. L'élu PS s'est en effet "permis" de critiquer François Hollande dans les couloirs de l'Assemblée nationale mardi. "Lorsque l'on est président de la France on n'est pas conseiller général, on prend la mesure de la situation et on change de braquet" a déclaré Cherki devant une petite dizaine de journalistes. Il n'en est pas resté là, ajoutant "François Hollande n'a pas été élu pour conduire le peuple français sur le chemin sans fin de l'austérité et de la rigueur. Ce n'est pas cela, le rêve français".

Stupeur dans les rangs socialistes. Harlem Désir est dès lors monté au créneau pour prendre la défense du président de la République. Lors de la réunion mardi soir du bureau national (direction) du Parti socialiste, le Premier secrétaire a indiqué que de tels propos étaient "inacceptables", et les a condamnés "fermement".

"Ce qui est attendu aujourd'hui d'un député qui doit son élection au PS et qui a été élu dans la foulée de François Hollande, c'est d'être mobilisé derrière le président de la République", a ajouté Harlem Désir, cité par ce participant. Les déclarations de Pascal Cherki "sont totalement inacceptables. Chercher à faire de la publicité personnelle aux dépens du président de la République est indigne d'un député socialiste", a également souligné Alain Fontanel, membre du bureau national du PS et conseiller politique d'Harlem Désir. Pascal Cherki devrait entendre parler du pays...


En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !