Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Les journées parlementaires du parti des Républicains se tiennent à Reims (Marne) mercredi et jeudi 24 septembre avec un discours du président du parti.
Les journées parlementaires du parti des Républicains se tiennent à Reims (Marne) mercredi et jeudi 24 septembre avec un discours du président du parti.
©Reuters

Physiquement normal

Nicolas Sarkozy a un cœur qui bat "à gauche" et trouve "insupportable" le débat sur les quotas des migrants

Le président des Républicains a précisé : "je connais assez peu de gens dont le cœur bat physiquement à droite".

Non Nicolas Sarkozy n'a pas changé de camp.  "J'ai un cœur, il bat à gauche" a ainsi lancé l'ancien président de la République. Par ces mots, il a ouvert son allocution ce mercredi à Reims en évoquant l'afflux des réfugiés en Europe et le problème des quotas qui divise partis politiques et pays européens. Nicolas Sarkozy de poursuivre sur sa lancée, "mais je connais assez peu de gens dont le cœur bat physiquement à droite". 

Le président des Républicains réclame la possibilité de toujours pouvoir discuter de ces questions. Il a tenu à insister sur le côté "insupportable du débat de ces dernières semaines" sur les quotas avec "les intelligents et généreux pour les quotas d'un côté, et de l'autre des espèces de brutes sans cœur qui étaient contre".

Les journées parlementaires du parti des Républicains se tiennent à Reims (Marne) mercredi et jeudi 24 septembre avec un discours du président du parti, Nicolas Sarkozy lors des deux jours. 

Voici le début de son discours :

Lu sur France Tv Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !