Nicolas Hulot se dit innocent avant la diffusion d'une enquête de France 2 l'accusant d'agressions sexuelles | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Nicolas Hulot
Nicolas Hulot
©Capture d'écran BFM TV

Accusations

Nicolas Hulot se dit innocent avant la diffusion d'une enquête de France 2 l'accusant d'agressions sexuelles

Selon Le Parisien, l'émission Envoyé Spécial va diffuser le témoignages de cinq femmes

Sur le plateau de BFM TV, face à Bruce Toussaint, Nicolas Hulot  ce mercredi matin, se déclare totalement innocent, avant la diffusion, demain soir jeudi sur France 2, d'une enquête du magazine Envoyé Spécial qui l'accuse de harcèlement, d'agression sexuelle, et de viol.

« Il y a quelques jours, j’ai appris par cette émission d’investigation qu’à l’issue d’une enquête de quatre ans, ils auraient obtenu, je dirais peut-être même arraché, des témoignages qui me mettent gravement en cause », explique l'ancien ministre de l'Ecologie, évoquant des « accusations dont j’ignore évidemment tout, parce que l’émission dans laquelle je serais mis en cause m’a distillé au compte-gouttes les informations, à la condition que j’accepte d’aller y répondre dans leur propre émission. »

« Je sais qu’à partir de demain, le lynchage va commencer. Je veux le dire sans formule, sans élément de langage : ni de près ou de loin, je n’ai commis ces actes. Ces affirmations sont purement mensongères » a ajouté Hulot.

« Je suis condamné à cette mort sociale, ce sceau infâme de l’ignominie, sans avoir eu les moyens d’être jugé en quoi que ce soit. Ce que je vis, personne n’est à l’abri de le vivre » a déclaré Nicolas Hulot, qui a annoncé se retirer de la présidence d’honneur de sa fondation pour la défense de l'environnement, en ajoutant, aussi, qu'il quittait définitivement la vie publique, "tout simplement parce que je suis écœuré"

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !