Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Le président Emmanuel Macron s'entretient avec des élèves de l'école hôtelière de Tain l'Hermitage le 8 juin 2021 lors d'une visite dans la Drôme.
Le président Emmanuel Macron s'entretient avec des élèves de l'école hôtelière de Tain l'Hermitage le 8 juin 2021 lors d'une visite dans la Drôme.
©PHILIPPE DESMAZES / PISCINE / AFP

Militants royalistes ?

« Montjoie Saint-Denis ! À bas la macronie ! » : que signifie le slogan prononcé par l’individu ayant giflé Emmanuel Macron ?

L’homme ayant giflé Emmanuel Macron à Tain-l’Hermitage aurait prononcé la formule suivante : « Montjoie Saint-Denis ! À bas la macronie ! ». Deux personnes ont été interpellées et sont placées en garde à vue.

Lors de sa visite dans la Drôme à Tain-l’Hermitage, Emmanuel Macron a été ciblé par un homme qui a tenté de le gifler. La vidéo a été massivement relayée sur les réseaux sociaux. Les condamnations sont unanimes au sein de la classe politique face à cette agression du chef de l’Etat.

Pour le député LFI Éric Coquerel, le slogan crié par l'homme qui a giflé Emmanuel Macron ce mardi est « celui de l’extrême-droite royaliste », selon un message publié sur Twitter :

« Ce slogan prononcé avant la gifle sur Macron, je le connais. Le groupuscule d'extrême-droite royaliste Action Française m'avait agressé en début de mandat avec le même cri ».

Eric Coquerel a exprimé sa solidarité avec le président français.

À Lire Aussi

Emmanuel Macron a été giflé lors d’un déplacement dans la Drôme, deux personnes ont été interpellées

L’homme ayant tenté de gifler Emmanuel Macron aurait prononcé les mots suivants : « Montjoie Saint-Denis ! À bas la macronie ! ».

Plusieurs responsables politiques ont souligné qu'il s'agissait d'une référence à un cri de guerre royaliste, auquel avait été ajoutée une phrase sur Emmanuel Macron.

Si on compare cette agression d'Emmanuel Macron ce mardi, avec celle de Nicolas Sarkozy en 2011 qui avait été tiré violemment par le col lors d'un déplacement à Brax en Lot-et-Garonne, le coupable de l'époque avait été condamné à 6 mois de prison avec sursis, assortis de 3 ans de mise à l'épreuve, d'une obligation de soins en milieu hospitalier et d'un stage de citoyenneté de 2 jours.

Suite à l’agression d’Emmanuel Macron, deux personnes ont été placées en garde à vue pour violence volontaire sur personne dépositaire de l'autorité publique.

Les deux personnes arrêtées ce mardi, après la gifle donnée au président de la République, ont été placées en garde à vue. Ces deux hommes seraient âgés de 28 ans, originaires de la Drôme et seraient inconnus des services de police, selon des informations de BFMTV.

BFMTV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !