Appel du pied de Nicolas Sarkozy aux électeurs du Front national | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Appel du pied de Nicolas Sarkozy aux électeurs du Front national
©

Dernière ligne droite

Appel du pied de Nicolas Sarkozy aux électeurs du Front national

Le président-candidat a tenu un meeting de campagne à Arras, ce mercredi soir, en mettant l'accent sur les thèmes chers au FN.

Nicolas Sarkozy a prononcé un discours de campagne ce mercredi à Arras, dans le Pas-de-Calais, à quelques jours du premier tour. C'était la troisième visite de Nicolas Sarkozy en tant que candidat dans la région. Il a tenté de séduire les électeurs du Front national en les exhortant à "voter utile".

"Le vote pour Jean-Marie Le Pen, ça a bien servi François Mitterrand pendant deux septennats. Le vote pour Marine Le Pen, ça servira François Hollande!", a lancé Nicolas Sarkozy. 

Au cours du discours, il a été beaucoup question de "système d'intégration qui ne fonctionne plus", d'immigration qu'il faut "diviser par deux", de "racines chrétiennes", de "frontières qui protègent", de "nation" et de lutte conte le communautarisme.

Le candidat UMP a rappelé son action contre le centre de Sangatte pour les migrants, qu'il a fermé lorsqu'il était ministre de l'Intérieur. Il a fustigé cette "gauche caviar", "dont pas un seul n'avait mis les pieds à Sangatte". "Lille n'était si loin (mais) Mme Aubry n'était jamais venue dans le hangar de Sangatte (…) Cachez cette réalité que je ne veux pas voir!".

"Oui à la solidarité, non à l'assistanat car l'assistanat est payé par le travail des Français", a déclaré Nicolas Sarkozy, très applaudi sur ce thème. "Nous ne voulons pas de piscines municipales avec des horaires pour les femmes et des horaires pour les hommes", a-t-il insisté. "Viande hallal dans les cantines", "des femmes enfermées dans des prisons de tissu" ... "Nous n'en voulons pas dans notre République."

"Nous ne voulons pas de nivellement dans l'école de la République. Dans l'école, le laxisme n'est pas une preuve d'amour, mais une preuve de faiblesse. L'école de la République, nous refusons qu'elle soit la propriété des syndicats. L'école est l'affaire des familles de France. L'école n'est la propriété d'aucun groupe de pression qui soit ...", a-t-il rappelé.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !