Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
©Reuters

"Pas d'ennemi intérieur"

Marseille : Manuel Valls refuse catégoriquement d'envoyer l'armée

Le ministre de l'Intérieur a désavoué la sénatrice socialiste Samia Ghali qui avait demandé l'intervention de l'armée pour lutter contre les trafics.

Manuel Valls a tranché : pas question de faire appel à l'armée pour ramener le calme dans la ville de Marseille. La sénatrice-maire PS Samia Ghali avait demandé de recourir à une présence militaire pour enrayer les règlements de comptes et les trafics qui troublent la ville de Marseille. Deux nouvelles fusillades ont en effet fait deux morts en moins d'une semaine dans la cité phocéenne.

Mais le ministre de l'Intérieur, s'est opposé ce jeudi à toute idée d'intervention militaire : "Il est hors de question que l'armée puisse répondre à ces drames et à ces crimes. Il n'y a pas d'ennemi intérieur" à Marseille, a-t-il affirmé devant plusieurs journalistes, ajoutant qu'il préférait "une réponse globale, en profondeur et particulièrement forte" contre la criminalité. «L'armée n'a pas sa place dans ces quartiers», a assuré le ministre. Le premier ministre a annoncé un comité interministériel sur le sujet le 6 septembre.

Cependant, pas question pour Manuel Valls d'ignorer le problème : "je comprends l’appel au secours des élus de cette ville", qui "a été d’une certaine manière laissée à l’abandon», a remarqué le ministre. Marseille est «une priorité qui mérite une réponse dans tous les aspects» parce que «cette ville, la deuxième ville de France, a besoin du soutien et de la protection de l’Etat», a-t-il affirmé.

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !