Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
©Reuters

Présidentielle 2017

Marine Le Pen : "L'alliance Bayrou-Macron, c'est le retour de la vieille politique"

La présidente du Front national a répondu aux questions de Gilles Bouleau mercredi soir sur le plateau du journal de 20 heures de TF1.

Quelques heures après l'annonce par François Bayrou de son ralliement à Emmanuel Macron pour l'élection présidentielle, Marine Le Pen a estimé mercredi soir qu'une telle alliance incarnait "le retour de la vieille politique". "Il y a une négociation en vue des législatives et c'est le retour des manœuvres d'appareil", a-t-elle ajouté. 

De retour du Liban, Marine Le Pen a également évoqué son refus de porter le voile lors de sa rencontre prévue avec le Grand Mufti de Beyrouth. La présidente du Front national répète être venue au Liban en tant que candidate à la présidentielle et non pour s'y installer.

Rappelant avoir annoncé avant cette rencontre son intention de ne pas porter le voile, Marine Le Pen a ajouté : "Alors oui, lorsqu'on a essayé de me mettre devant le fait accompli, le matin même, j'ai dit non, je ne me voilerai pas".

Quant à la question du retour au franc et de la sortie de l'Euro, la candidate estime qu'il s'agit d'un processus nécessaire afin d'obtenir le retour du pouvoir d'achat pour les français, mais aussi que le sauvetage de l'Euro serait trop coûteux. 

"Ce n'est pas la monnaie du peuple (…) Je vais vous rendre à vous, peuple français, que je vais vous rendre votre monnaie, la liberté économique", a-t-elle répété. 

>>>> À lire aussi : Présidentielle 2017, la question qui fâche : au-delà de la progression du FN, combien y-a-t-il de Français (encore) prêts à voter contre l’élection de Marine Le Pen quel que soit le candidat qui l’affronte ?

 

Vu sur TF1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !