Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
170 juristes interpellent les sénateurs sur le mariage gay.
©Reuters

Pétition

Mariage pour tous : 170 juristes demandent aux sénateurs de renoncer à ce texte de loi

Les signataires évoquent notamment "le bouleversement profond du droit, du mariage et surtout de la parenté qu'implique le projet de loi".

Le mariage pour tous revient sur le devant des débats. 170 juristes et historiens du droit – dont Françoise Dekeuwer-Défossez, doyenne de la faculté de droit Lille-II, Serge Guinchard, professeur émérite de droit privé – signent en effet un appel commun pour notamment dénoncer les risques de l’arrivée d'un "marché des enfants" que représenterait le mariage pour tous. Les signataires évoquent ainsi "le bouleversement profond du droit, du mariage et surtout de la parenté qu'implique le projet de loi" dans une lettre adressée à tous les sénateurs.

La lettre dont les éléments sont révélés ce samedi par Le Figaro explique "que cet engagement collectif de près de 200 juristes attirera l'attention des sénateurs sur le bouleversement profond du droit, du mariage et surtout de la parenté qu'implique le projet de loi".

La lettre indique par ailleurs qu’"en l'état, ce texte invite à aller fabriquer des enfants à l'étranger, ce qui est déjà inacceptable, en attendant de dénoncer l'injustice de la sélection par l'argent pour organiser le marché des enfants en France".

Les signataires demandent donc aux sénateurs, quinze jours avant l’examen du teste sur le mariage pour tous, de «renoncer à un texte qui se révèle celui de l'esclavage moderne des femmes et de la nouvelle traite des enfants".

Selon les 170 juristes et historiens du droit, "l'enfant adopté par deux hommes ou deux femmes sera doté d'éducateurs, d'adultes référents, mais privé de parents car ces "parents" de même sexe ne peuvent lui indiquer une origine, même symbolique. Il sera deux fois privé de parents : une première fois par la vie, une seconde fois par la loi".

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !