Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
François Hollande a parlé d'avenir durant sa campagne électorale mais se souvient-il du passé ?

Inversion des rôles

Mariage homosexuel : quand François Hollande disait à l’exécutif qu'il fallait écouter la rue...

"A quoi sert d’attendre la prochaine manifestation ?" disait le socialiste à l'époque du CPE en 2006. Désormais, le président de la République et les socialistes se trouvent de l'autre côté...

Le mariage homosexuel continue de faire débat depuis plusieurs semaines. Le candidat Hollande en a fait une mesure phare de son programme et entende désormais ne pas décevoir son camp. Aidé par Jean-Marc Ayrault et ses ministres, le président de la République entend bien conduire son projet à son terme. Et dans son entourage, on insiste pour dire qu'il restera sourd à toutes les critiques mais aussi aux bruits de la rue et notamment à ceux de la manifestation qui se tiendra dimanche. 

Mais le chef d'Etat n'a pas toujours eu cette position. En 2006, lorsqu'il était député de Tulle, en plein conflit sur le CPE, les responsables politiques de gauche participaient à des cortèges à Paris et en Province. Ils insistaient alors sur l’ampleur de la mobilisation et le signal d’alerte lancé au gouvernement Villepin. Premier secrétaire du Parti socialiste, le (bientôt) président de la République défilait lui aussi à Paris et estimait que Dominique de Villepin devait "entendre le message de la raison en retirant le CPE". Et d’ajouter : "Quand il y a des milliers et des milliers de citoyens, jeunes ou moins jeunes, quand toutes les organisations syndicales, représentées sans exception, quand de nombreuses associations d’étudiants et de parents d’élèves, sont aussi mobilisés, à quoi sert d’attendre la prochaine manifestation ?".

 

 

A l'époque dans sa charge contre le CPE, François Hollande disait "Il suffirait d'un mot, un seul, que le pouvoir hésite à prononcer: l'abrogation. C'est un gros mot pour la droite. Mais quand on a fait une erreur, il faut savoir l'effacer". Et lorsque la droite cafouillait, il renchérissait en arguant "Il ne s'agit plus de confusion, mais de ridicule, une vraie palinodie sémantique. Assez d'orgueil, d'amour-propre et d'honneur mal placé!".

Reste à savoir si le Président de la République se l'appliquera à lui-même. Le mariage homosexuel a en tout cas réveillé les vieilles de rue. Les manifestations pro et anti mariage pour tous n'ont pas fini d'entretenir la polémique.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !